Interview #2 – Amor

Bienvenue à toutes et à tous pour cette nouvelle Interview, notre invité du jour est un photographe habitant la région parisienne ! Vous retrouverez donc son interview agrémentée des photos réalisées dans le cadre du défi « vert et sièges » que je lui ai lancé ainsi que sa photo préférée ! Vous pouvez retrouver les autres interviews par ici ! Aller c’est parti !

Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Amor, né et ayant toujours vécu près de Paris. Je travaille sur Paris depuis plus de trente ans dans le domaine comptable financier et fiscal. Mes activités professionnelles m’amenant aux quatre coins de Paris je suis accompagné chaque jour de mon appareil photo depuis le début de l’année 2014. Accro de la capitale pour tout ce qu’elle offre je suis un peu en manque quand je m’en éloigne même si j’adore voyager.

Comment es-tu tombé dans la photo ?

Tombé ou peut-être retombé depuis début 2014. Tout gamin partant à vélo sur les routes de l’Essonne je prenais déjà des photos. J’avais ensuite récupéré un boîtier ZENITH avec un tas d’objectifs et au fil des ans pris plus ou moins ce que j’appelle des photos souvenirs ou de vacances. Par la suite j’avais complètement abandonné au début des années 90 n’étant pas très satisfait de ce que je faisais. Fin 2013 je me suis posé la question de mes activités futures pour ma retraite et je me suis dis que se remettre à la photo n’était pas une mauvaise idée. Puis en regardant sur Internet j’ai découvert un tas de sites traitant de la photo et j’ai replongé plus vite que prévu.

Quel(s) style(s) préfères-tu pratiquer ?

Au printemps dernier j’étais allé au bord du Canal Saint Martin faire des photos et découvrir mon boitier. J’avais pris des photos de style paysager, les ponts, les boutiques et le canal. Un an après j’y suis retourné, je n’ai pris que des photos de rue avec des personnes sur chaque photo. La photo dite de rue s’est imposée de manière très naturelle et c’est vraiment mon truc. Capter un instantané, une chimère, un moment figé arraché au déroulement du temps. Dans ces photos j’essaie d’effacer la banalité et la répétition de la vie quotidienne pour en montrer sa face joyeuse, inattendue, drôle, triste, facétieuse, surprenante ou bizarre.

Quels sont tes projets actuels ou futurs, sur quoi travailles-tu en ce moment ?

J’ai en tête différents projets que je réaliserai dans les années qui viennent où je disposerai de plus de temps. Au programme, des illustrations photographiques de chansons, un retour sur les lieux où ont été prises des photos de Paris par certains photographes (par exemple le Belleville de Ronis), des illustrations en rapport avec le cinéma et les polars, une série sur les parisiens dans chaque arrondissement, explorer d’autres lieux de Paris, bref de quoi voir venir déjà. Je vais essayer aussi d’approfondir mes connaissances informatiques pour améliorer mon site Internet.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Étant un « parisien » passionné par l’histoire de la ville et ses mutations, j’ai toujours eu en mémoire les classiques photos de Paris en noir et blanc des Doisneau, Ronis, Brassaï, Cartier-Bresson, Atget et bien d’autres encore. Ces photographes ont façonné en quelque sorte mon regard de manière inconsciente et depuis que je me suis mis vraiment à la photo j’en découvre d’autres à l’occasion d’exposition (Winogrand, Guyaert, Weiss, Kertesz, Shore …) ou de film (Vivian Maier). Et je pioche dans les galeries Flickr.

Pourquoi fais-tu de la photo ?

La question la plus difficile de la série. Pourquoi ? Je crois qu’au départ il y a le côté magique de la photo. Gamin je prenais des photos avec un Kodak qui se dépliait et après passage chez le photographe je récupérais un morceau de ma balade passée. A cette époque je prenais en photo les églises en série et je collectionnais aussi les timbres, les images, les affiches de films, il y a sans doute au départ un côté collection dans mon goût pour la photo. Mais pas seulement. J’ai toujours eu le goût de marcher dans Paris, de beaucoup observer, de m’émerveiller du spectacle de la rue, d’observer les mutations de la ville et donc un côté voyeur ou plutôt, en moins péjoratif de spectateur ou d’observateur. La photo de rue matérialise la capture de ces moments. Et enfin j’aime le côté esthétique de la photo au même titre que j’aime la peinture, le cinéma ou les arts plastiques. Finalement peut-être que la pratique de la photo synthétise toutes ces envies.

Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

J’aime beaucoup le sport (sauf le foot) et tout particulièrement le Basket. Je fais de la course à pied, j’adore le cinéma (italien et américain), l’histoire, l’art en général (et beaucoup la peinture mais aussi l’architecture), la littérature (Céline mon auteur préféré, les polars nordiques …), les voyages et donc les journées ne sont pas assez longues.

Quel matériel et logiciel de post-traitement utilises-tu ?

Un hybride FUJIFILM X-E1 avec un objectif 18-55 mm qui m’accompagne chaque jour de la semaine, relativement discret et léger par rapport à un reflex, avec une qualité d’image qui me convient. Il s’accommode des faibles lumières du métro et des soirs d’hiver en ville. J’attache assez peu d’importance au matériel, ce qui compte c’est qu’il se fasse oublier. J’utilise Lightroom pour toutes mes photos. Son importance est équivalente à celui de mon appareil photo, ils sont indissociables. Le logiciel me permet dans un premier temps d’indexer et de trier mes photos selon des catégories et des mots clés. Il me permet de retrouver très facilement une photo parmi tout mon stock. En second lieu j’utilise ses fonctionnalités pour transformer mon fichier RAW en JPEG finalisé en choisissant le rendu souhaité (N&B, couleurs, balance des blancs, tonalités, exposition etc …). Je l’utilise au service de ma composition et non plus comme à mes débuts pour rendre « jolie » ma photo. Rendre meilleure la photo en choisissant soi-même ce qui doit être mis en valeur dans la composition, c’est l’objectif. Il est donc essentiel dans mon travail post prise de vues.

Quelle est ta photo préférée et pourquoi ?

Une question difficile aussi. J’ai choisi celle qui à la fois présente ce que j’essaie de faire en photo de rue et celle qui a le petit quelque chose en plus qui fait la différence. J’avais en tête deux types de photos celles qui sont très graphiques généralement en noir et blanc qui utilisent le décor de la ville, les ombres, la lumière, les personnes et celles plus concrètes qui saisissent un instantané. Et donc mon choix s’est porté, après moult hésitations, sur celle-ci un instantané où « les planètes sont alignées ». Un décor urbain avec une affiche qui illustrait une expo qui s’appelait champ-contrechamp, devant laquelle j’attendais que quelque chose se passe. Une passante blonde, cheveux courts, sac marron vient opportunément dans le champ répondre à travers le temps à celle de l’affiche pendant qu’en contrechamp une autre passante dans un tout autre style surgit dans mon dos et vient semer le désordre en harmonisant et en équilibrant la composition. Elle réussit même à attirer l’attention de la première passante.

Les commentaires d’Amor sur sa série :

Comme indiqué dans le thème imposé il fallait des sièges et la présence de vert, ce qui n’implique pas que le siège soit vert. Ma série est donc en couleur (vert oblige), je l’ai réalisé dans la diversité des lieux parcourus et des situations pour ne pas répéter ou décliner une forme unique de siège en variant les compositions. Ces sièges sont tous différents, bois, métal, plastique, tissu, mobile ou fixe au bord de la Seine, dans le Métro, dans la rue, dans un hôpital, dans un parc, net ou flou, ils sont tous « habités ». Simple repose fesse dans le métro, moment de pause dans la rue, pause-déjeuner dans l’hôpital, relaxation sur les quais, de discussion au Jardin des Plantes ou moment inoubliable pour ces touristes autour d’un sandwich et d’une bouteille de Bordeaux au bord de la Seine.

J’ai bien aimé le sens qu’à faire prendre Amor au thème, effectivement, il n’y avait pas d’obligation de lier absolument sur toutes les photos les 2 thèmes, même si cela peut permettre de donner une unité plus simplement. Amor a su lier ses images également par l’humain, sa présence dans son environnement. Il y a également des touches d’humour, comme celle avec la librairie chrétienne qui est même plus ici un trait d’esprit, un lien amusant que de l’humour en soit. J’aime bien celle dans le parc avec toute cette végétation, très bel accord des verts. Joli regard de la fille sur la première photo, interpellée, mais pas énervée. Bref, très jolie série photographique ! Un grand merci à Amor pour sa participation à interview en série qui vient grossir doucement les rangs de cette rubrique. Bravo en tout cas pour avoir pris le temps de répondre aux questions et pour cette superbe série ! Pour ceux qui voudraient découvrir et/ou suivre Amor, voici tous les liens utiles :

Quant à moi, je vous donne rendez-vous pour une prochaine interview ! N’hésitez pas à laissez vos commentaires et questions concernant le travail d’Amor ! Je vous dis à bientôt ! 🙂

Abonnez-vous à la newsletter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires