Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Street art – Rencontre avec Qlote et ses petits slips

Je vous propose de faire la découverte de Qlote, une street artiste d’Ile de France. Elle dessine principalement des petits slips que l’on peut trouver sur les bords de route ou le long de voies ferrées. En fin d’article, je vous propose une galerie de ceux que j’ai croisé et pu prendre en photo, j’ai en tout de même trouvé 21 mais il en existe encore bien d’autres. J’ai pris contact avec Qlote et elle a gentiment répondu à quelques questions, vous trouverez donc quelques informations sur elle, son histoire et comment elle en est en venue à dessiner des petits slips !

[ Date de mise à jour : 26 Mars 2020 ]

Pays : France

Street artiste : Qlote

Région administrative : Ile de France (principalement)

P r é s e n t a t i o n

Quelle est l’origine de ton pseudo ?

Mon cerveau farfelu. Rien de fou, j’étais au lycée et comme tout bon cours où tu t’ennuies … Ben je dessinais des slips sur mon cahier à carreaux pourri sans raison particulière et je me disais qu’un jour si je me mettais au graffiti, je ferais ça ! J’avais déjà beaucoup d’ambition dans la vie, ahah. La connotation féminine de ce sous-vêtement mais aussi le fait d’être « culottée », j’aimais bien. J’avais tenté des lettrages au début « Qlote », en faisant une forme de slip dans le T, et je me suis dit que j’allais garder ça principalement car je n’avais pas la patience de dessiner et travailler les lettres. Avec juste un slip, je peux me faufiler presque partout et pas besoin de me lire.

Comment es-tu venue au street art/graffiti ? Tu dessinais d’avant ?

C’est plutôt le graffiti qui est venu à moi. Je baigne dans la culture hip-hop depuis que j’ai 13 ans. J’ai dansé pendant près de 11 ans. C’était juste la suite logique. La même année durant laquelle j’ai commencé la danse hip-hop, un pote de mon grand frère, Kena, a commencé à m’emmener régulièrement dans des terrains où il peignait. Il m’a beaucoup inculqué la valeur de la photo et le fait d’archiver (j’ai des centaines de Go de photos d’autres graffeurs et graffeuses sur mon pc … et même de ceux que je n’aime pas). J’ai commencé à côtoyer quelques graffeurs et graffeuses de mon coin et dès que j’ai eu 18 ans, mes mentors de danse m’ont proposé de donner des cours, ce que j’ai accepté direct avec des étoiles dans les yeux. Du coup, j’ai commencé à avoir une source de revenus, j’ai passé le permis et je me suis dit que j’avais toutes les « bonnes » raisons de m’y mettre. Mon ancien copain peignait activement en plus, du coup grosse influence et engrenage quotidien.
Sinon, je n’ai jamais dessiné. Je n’ai jamais eu la patience pour. Encore aujourd’hui c’est compliqué pour moi de me dire que je vais dessiner si la finalité ne sera pas sur un mur.

Ou puises-tu ton inspiration pour faire de nouveaux petits slips ?

Partout indirectement et directement. Dans la plupart des cas, je fais des trucs simples et sans particularité à part un nœud et des dentelles enfantines. Sinon c’est les dessins animés, les jeux vidéos, le travail, les voyages, ce que je mange …

Tu préfères les endroits tranquilles ou à la vue de tous pour graffer ?

J’aime peindre avec des gens en qui j’ai un minimum confiance et avec lesquels j’ai le feeling. Sinon, c’est pas possible … A part dans des endroits autorisés à la limite.
Dans l’idéal, j’aime peindre tranquillement à la vue de tous, c’est-à-dire graffer un mur dans la pénombre et que la visibilité de jour paye. Je vais faire un parallèle avec la danse : faire des scènes et surtout des battles c’est être exposé à l’instant T à énormément de gens et j’ai eu du mal à me l’admettre mais je pense que ça a été mon principal blocage. Faire une scène à la limite, tu as des mouvements codés de A à Z sur ta prestation et le public est en général dans le noir … Mais en battle, tu as tous les regards sur toi ! C’est un gros travail sur soi avec lequel je n’ai jamais été de ma vie à l’aise. Dans le graffiti, j’ai vraiment trouvé le bon compromis : ton graff est codé comme une scène, tu sais ce que tu fais et vas faire et généralement, presque personne n’est focus sur toi contrairement à un battle.

Quel est ton terrain de jeu préféré ?

J’aime tous les supports sauf les toiles. Mon support numéro 1 reste néanmoins les grands axes.

Peut-on voir tes créations en dehors de l’Ile-de-France ?

Bien sûr :), je crois que c’est l’une des principales choses qui m’anime le plus dans ce mouvement. Aller ailleurs et voir d’autres choses.

Souhaites-tu faire passer un message avec ces dessins ou c’est juste pour le plaisir ?

Je sais pas à vrai dire … Pour le plaisir, ça me paraît plus qu’évident. Je privilégie le moment plutôt que le rendu final. Après dans ce mouvement (comme dans tous les mouvements artistiques où tu es exposé aux autres), il y a toujours une quête de reconnaissance et de dire « coucou , je suis là », même si on ne se l’avoue pas. Si ça suscite une quelconque réaction, tant mieux sinon tant pis. Ceci dit, j’apprécie surtout quand des gens lambdas me disent que ça anime leurs trajets. J’ai beaucoup de parents avec leurs enfants qui me font des retours et je trouve ça bien marrant.

Dessines-tu autre chose que des petits slips ?

Oui, je me suis mise au lettrage il n’y pas si longtemps. Les slips, ça devient lassant au bout d’un moment. Si j’ai la place de faire un lettrage je le fais, sinon c’est slip party.

As-tu d’autres projets en tête ?

Continuer et voyager davantage, ça serait déjà pas mal.

Qu’est-ce qui te plaît dans le fait de graffer ?

C’est un exutoire. J’ai un cerveau qui fonctionne souvent à 1 000 à l’heure. Dans le graffiti, il y a plein d’éléments à prendre en compte : les accès, si tu es plus ou moins grillé à l’instant T, la visibilité finale ? etc. En dehors du fait de peindre sur un mur, il y a un autre côté qui nécessite de la recherche et qui reste tout aussi stimulant. Globalement, ça prend surtout le dessus sur une routine qui n’a rien de particulier et c’est principalement ça qui me plaît. Je suis quelqu’un de clean, voire même peut-être un peu trop … Je ne bois qu’occasionnellement, je ne fume pas et je ne me drogue pas mais j’aime juste un peu trop mon hamster, ma Nintendo et les hamburgers. Il me fallait un truc un peu bisounours (dans l’acte du moins, car on n’est pas tous des bisounours …) et illégal à la fois car je suis un peu une rebelle à 2 balles malgré tout. Mettre des couleurs sur un mur, en soi, c’est loin d’être un truc de malade.

P e t i t s   s l i p s

La plupart de ces petits slips ont été pris en photo sur l’autoroute mais il y en a aussi le long des voies de chemins de fer. Si vous êtes dans le sud de l’Ile de France, je vous invite à ouvrir l’œil (pas trop en conduisant évidemment !) car il y en a vraiment un peu partout, c’est un peu comme un jeu de piste, les premières fois que je les ai vu, je n’y ai pas vraiment cru, puis en repassant par ces mêmes routes, il a bien fallu me rendre à l’évidence, c’était bien des slips que je voyais. Les jours suivants, je me suis armée de l’appareil photo, j’étais prête pour les « capturer ». Il m’en reste encore quelques uns à prendre en photo, si j’y arrive, je les ajouterai ici.

Je remercie Qlote pour avoir répondu à mes questions et j’espère que cela vous aura permis de mieux la connaître ainsi que son travail. Il est intéressant de savoir ce qui se fait dans le milieu du street art de manière globale, il n’y a pas que les super stars comme Shepard Fairey ou C215, il y a plein d’anonymes qui ont le même terrain de jeu et qui ont toute une variété d’expressions différentes. La quête des petits slips est toujours ouverte, j’observe toujours les routes du secteur et j’ai même repéré un slip depuis quelques mois, il ne reste plus qu’à aller le dénicher ! Quels sont les slips que vous préférez ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

41 Commentaires

  • flore
    6 septembre 2020 at 20 h 36 min  - Reply

    C’est un jeu pour mon petit garçon de 6 ans et moi de rechercher sur nos trajets ces petites culottes. Nous pouvons en compter parfois jusqu’à une trentaine sur 80 km à peu près. Nous avons beaucoup apprécié l’interview qui nous a renseigné sur cette artiste.

    Merci à elle et à vous pour ces belles photos qui nous en a fait découvrir d’autres surtout la première pour mon fils qui aime la chasse.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      6 septembre 2020 at 22 h 45 min  - Reply

      Merci Flore et bienvenue sur le site ! 🙂 Je vois au fil du temps que beaucoup de personnes aiment « chasser » ses petits slips et très souvent avec leurs enfants ! J’imagine qu’il y en a encore tellement à découvrir ! 🙂

  • Delphine
    29 avril 2020 at 1 h 23 min  - Reply

    Jamais vu ces slips, j’imagine que ça doit faire sourire plus d’un passant ! C’est toujours intéressant de connaître la démarche de ces street artistes et de comprendre un peu mieux qui ils sont. Merci pour cette découverte culottée 🙂

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      29 avril 2020 at 9 h 33 min  - Reply

      Merci Delphine ! Oui, ça donne clairement le sourire, surtout sur les routes franciliennes, on en a bien besoin ! 🙂

  • Lili
    21 avril 2020 at 15 h 07 min  - Reply

    Sympa ces petits slips ! Je ne connaissais pas cet artiste, merci pour la découverte !

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      21 avril 2020 at 15 h 21 min  - Reply

      Merci Lili ! Contente que tu aies pu la découvrir ! 🙂

  • Cecile
    16 avril 2020 at 10 h 04 min  - Reply

    très belle série et super rencontre tu as bien fait de la contacté cela permet d’en apprendre plus sur cette artiste talentueuse.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      16 avril 2020 at 10 h 35 min  - Reply

      Merci Cécile ! Oui, une amie m’a donné l’idée indirectement et finalement j’ai trouvé ça très sympa de faire revivre l’article avec cette interview ! 😀

  • Paule-Elise
    5 avril 2020 at 13 h 47 min  - Reply

    J’aime beaucoup ton article ! C’est une super idée d’avoir demandé une interview à l’artiste en complément de cette très chouette série de photos (qui n’a pas dû être évidente à réaliser mais qui est très réussie). Vers chez nous il y a beaucoup de murs où les street artists s’en donnent à coeur joie et le week end c’est fréquent de les voir peindre en plein jour. J’aime bien cette ambiance.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      5 avril 2020 at 16 h 25 min  - Reply

      Merci Paule-Elise ! Certaines n’ont pas été faciles à prendre effectivement, c’est du sport ! 😀
      C’est super sympa de les voir faire ! 🙂

  • eimelle
    4 avril 2020 at 10 h 12 min  - Reply

    j’aime beaucoup ! Cela donne le sourire! Belle idée de remettre cette artiste à l’honneur!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      4 avril 2020 at 10 h 25 min  - Reply

      Merci Eimelle ! Comme quoi, on peut avoir le sourire sur l’autoroute ! 😀

  • Sophie
    3 avril 2020 at 15 h 34 min  - Reply

    Je suis certaine d’en avoir déjà vues de ces petites culottes sans réfléchir qu’elles pouvaient être l’oeuvre d’une artiste à part entière en fait. Merci pour la découverte!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      3 avril 2020 at 15 h 46 min  - Reply

      Merci Sophie ! Eh oui, derrière chaque petit street art se cache un artiste ! 😀

  • Martine
    3 avril 2020 at 15 h 12 min  - Reply

    Un peu d’humour cela fait du bien par les temps qui courent et notre isolement forcé.Le Street Art met un peu de couleurs à nos paysages urbains, parfois un peu ternes. Merci Anne et bel après midi !

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      3 avril 2020 at 15 h 45 min  - Reply

      Merci Martine ! Ces petits slips ont le mérite de toujours faire sourire ! 😀

  • Chacha Aventurière
    3 avril 2020 at 7 h 10 min  - Reply

    J’adore !
    J’aimerai bien voir ses petites culottes sur les murs de Roubaix lors des Experiences Urbaines par exemple
    The girl power est en marche

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      3 avril 2020 at 9 h 37 min  - Reply

      Merci Chacha ! Peut-être un jour, elle ne se réserve pas exclusivement à l’Ile de France ! 🙂

  • aurelie@travelingaddress
    2 avril 2020 at 16 h 41 min  - Reply

    j’habite dans ce coin-là de l’île de france et je t’avoues que je ne les avais jamais remarqués! En même temps c’est vrai que je préfère voyager sans voiture mais il y en a certainement de visibles depuis le train… je vais ouvrir l’œil à partir de maintenant!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      2 avril 2020 at 17 h 02 min  - Reply

      Oui Aurélie, les petits slips sont partout, maintenant que tu es au courant de leur existence, tu risques d’en voir assurément ! 😀

  • Dolu
    23 mars 2020 at 10 h 28 min  - Reply

    Merci pour cet article qui nous permet d’apprendre à connaitre un peu cette artiste qui égaye effectivement nos trajets.

    Mes préférés sont ceux avec des motifs floraux, comme le 3e sur la colonne de droite, que je n’avais encore jamais croisé (il y en a deux du même style sur l’A6b, un au croisement A6b/A86 et l’autre juste à droite à l’entrée du tunnel de Bicêtre en allant vers la porte d’Italie).
    J’aime beaucoup celui avec les feuilles et lianes de la N104 (5e sur la colonne de droite).

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      23 mars 2020 at 11 h 05 min  - Reply

      Merci Dolu ! Le slip « végétal » de la N104 est très sympa aussi ! Il y a même un duo ou trio de slip à la jonction A6/A86 en direction de Paris, mais c’est au loin sur un pont il me semble, pas facile à « capturer » ! 😀

  • koukou42
    23 mars 2020 at 9 h 31 min  - Reply

    Dans cette jolie série, ma préférence va pour celui façon treillis (vadrouilleur, passe-partout, chasseur…) 🙂

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      23 mars 2020 at 11 h 04 min  - Reply

      Merci Koukou42 ! J’aime bien aussi le slip « militaire » comme je l’ai appelé, même si j’adore aussi celui avec un Minon ! 🙂

  • Audrey
    22 mars 2020 at 21 h 12 min  - Reply

    C’est rigolo comme manière de se « rebeller », et puis comme le dit l’artiste, mettre de la couleur sur des murs gris, il y a pire… J’aime bien celui qui est orange, il a vaguement une tête de petit renard.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      22 mars 2020 at 23 h 19 min  - Reply

      Merci Audrey ! Chacun a son propre mode d’expression et c’est ça qui est intéressant, on n’est pas obligé de descendre avec des banderoles dans la rue ou de monter une association ! 🙂

  • Anne
    22 mars 2020 at 20 h 31 min  - Reply

    C’est drôle, bonne idée de faire revivre cet article!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      22 mars 2020 at 23 h 17 min  - Reply

      Merci Anne ! Il méritait qu’on l’enrichisse de quelques petites choses ! 🙂

  • carla b
    9 décembre 2015 at 23 h 00 min  - Reply

    hahaha je ris en découvrant cet article! j’aime beaucoup ta quête de slips!! ils sont craquants… j’ai une préférence aussi sur le vert qui lorgne sur la voiture qui passe 😉

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      10 décembre 2015 at 16 h 30 min  - Reply

      Merci Carla ! Contente de t’avoir fait rire ! 😀 Ce petit slip vert triste a la majorité pour le moment !

  • Sem
    21 novembre 2015 at 18 h 27 min  - Reply

    Excellent cette série.
    Difficile d’en sortir un du lot, cela dit j’ai un faible pour Charlie.
    Je vais voir si j’arrive à en repérer la prochaine fois que je serai dans le secteur.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      22 novembre 2015 at 10 h 03 min  - Reply

      Merci à Sem ! Attention, c’est un jeu auquel on se prend très vite ! :p

  • Esther FR
    19 novembre 2015 at 19 h 48 min  - Reply

    Très drôle cette série, c’est toujours bon à prendre par les temps qui court. Je vois qu’il faut choisir son camp, non, son slip 😉 je prends donc le tout fou, le 3ème à droite, il m’éclate ! plus le 7ème à droite, le bleu sur le plexi du parapet, avec la belle signature.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      19 novembre 2015 at 19 h 59 min  - Reply

      Merci Esther ! Ah oui, le orange tout fou est pas mal ! 🙂 Je suis contente de dire que des slips peuvent divertir ! 😀

  • Amor
    19 novembre 2015 at 18 h 29 min  - Reply

    Merci Anne pour ce sourire bien utile.
    Bravo d’avoir repéré ces habits qui ne courent pas les rues habituellement.
    Moi j’ai un faible pour le bleu sur le parapet transparent au dessus de la ?Seine sur la ?104 à ?Corbeil, j’essaierai d’en trouver dans ma zone, mais comme je conduis ca va pas être facile.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      19 novembre 2015 at 18 h 39 min  - Reply

      De rien Amor ! Oui, le bleu avec liseré orange, il est bien sur la N104 à Corbeil à hauteur de la Seine, bien vu ! 🙂
      Ah oui, pour les prendre en photos, ça risque d’être dangereux, heureusement que j’ai mon fidèle acolyte qui conduit ! :p
      Il y en a pas mal sur l’A86 vers Créteil, sinon le orange aux yeux rigolos il est sur l’A86 quand tu arrives aux 3 communes et que tu sors pour prendre la sortie Alfortville ! 🙂

  • Delphine
    19 novembre 2015 at 10 h 23 min  - Reply

    Vraiment génial ! Merci pour cette tranche de rire
    Tous ces slips sont superbes … Je me demandais s’ils n’avaient pas été fait par la même personne peut-être …. J’aime beaucoup la photo du slip vert et triste car on l’impression qu’il regarde la voiture s’en aller …

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      19 novembre 2015 at 10 h 30 min  - Reply

      Merci Delphine ! Oui, tout à fait, c’est le même auteur ! Je vois que le petit slip vert triste a la côte pour le moment ! Vu les conditions difficiles de prises de vue, je n’aurai pas la prétention de dire que j’ai fait une composition avec la voiture ! :p

  • Pascal
    18 novembre 2015 at 19 h 48 min  - Reply

    Sympa la série, ma préférée le slip vert qui se demande ce qu’il fait encore là. Im aimerait bien qu’on le prenne au passage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.