Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Prague – Jour 4

Du 25 au 29 Avril nous avons fait une petite escapade à Prague, capitale de la République Tchèque. Nous voilà maintenant au quatrième article, si vous avez raté les précédents, c’est par ici, par  et aussi  ! Pour cette nouvelle journée, nous avons encore pas mal marché. Heureusement, le métro et le tram sont nos amis ! Je vous emmène découvrir l’ancien quartier juif Josefov [1], puis nous irons prendre de la hauteur sur la colline de Petřín [2]. Ensuite nous ferons un passage par l’île de Kampa [3] avec, non loin de là, le célèbre mur John Lennon [4]. Nous irons ensuite faire une pause gourmande au Café Louvre [5] et terminerons la journée en allant voir la maison dansante [6] et des maisons cubistes [7]. En fin d’article, quelques petits bonus … :

 

Le matin, nous sommes allés visiter l’ancien quartier juif Josefov. Avec la Prague Card, il n’y a pas de surcoût, le billet vous donne accès à plusieurs synagogues, un petit musée et le cimetière juif. Ce quartier fait parti de celui de la Vieille Ville, c’était un ghetto juif. Une grande partie du quartier fut démolie entre 1893 et 1913 pour coller à une initiative qui s’inspirait du modèle parisien du baron Hausmann pour remodeler et assainir la ville. Il ne restait, à l’issue de ces travaux que 6 synagogues, le vieux cimetière et la mairie de la ville juive construite en 1568 mais dont et les façades rococo et l’horloge hébraïque furent ajoutées en 1764. Nous nous trouvons actuellement dans la synagogue espagnole construite en 1868 de style hispano-mauresque :

 

Si vous ne devez voir qu’une seule synagogue dans le coin, c’est celle-là, elle est magnifique. Nous avons fait la synagogue Klaus, mais on a été moins emballé, elle est moins riche en décoration, et le style ne nous a pas plu. Nous n’avons pas fait la Vieille-Nouvelle qui est apparemment très jolie :

Synagogue espagnole

 

Sur la photo de droite, on peut voir des vieux documents dans la vitrine. Dans les allées de la synagogue, il y a une partie du musée juif avec des objets volés partout en Europe par les nazis qui souhaitent faire ici, dans ce quartier, une sorte de « musée exotique d’une race éteinte » :

 

On trouve donc quelques salles avec divers objets exposés. Ici, ce sont des yads, des pointeurs de lecture pour la Torah qui sont pour la plupart faits en argent :

Yads

 

Juste devant l’entrée de la synagogue espagnole, on trouve une statue de Frank Kafka. Elle pèse 800 kg et mesure 3,75 m. Elle est à la croisée de 3 religieux (juive, catholique et protestante). La famille Kafka a habité dans la rue Dušní, juste à côté. La statue est inspirée par la nouvelle de Kafka « description d’un combat » :

Statue Kafkaïenne

 

Nous marchons un peu pour nous rendre au vieux cimetière. Sur le chemin, quelques jolis immeubles ainsi que la voiture d’un fan des minions :

 

Nous y voilà, et comme on avait pu lire, à certains endroits les tombes sont un peu entassées les unes sur les autres. Par endroit, on en trouve certains isolées, ce qui nous permet d’admirer les décorations. A ce qu’il parait, les photos étaient interdites, mais bon, on n’a pas vraiment réussi à savoir et personne ne surveillait, alors voilà :p :

 

Le cimetière a été actif entre 1478 et 1786, date de son abandon. Le nombre de tombe est estimé à environ 12 000, sans être très précis car il y a plusieurs couches de tombes :

Cimetière juif

 

A l’entrée, on peut acheter une kipa (en tissu léger), ici c’était celle d’un visiteur avant que le vent n’en décide autrement. A droite, un bout du chemin (unique) que nous parcourons dans ce dédale :

 

Nous voilà sortis du vieux cimetière, avant de partir du quartier, nous jeter un coup d’œil à l’ancien hôtel de ville avec, comme mentionné plus haut, sa jolie horloge hébraïque :

Heure hébraïque

 

Au détour d’une rue et sur notre chemin pour rallier le métro, un bâtiment aux décorations « raccord » avec le quartier :

Quartier juif

 

Après une petite pause déjeuner où nous avons pu tester la glace à la bière (si si ça existe et ça en a vraiment le goût, au début ça surprend, mais ce n’est pas si terrible que ça), nous nous rendons au pied de la colline de Petřín. La colline est assez imposante, nous décidons de faire la montée par le funiculaire (inclus dans la Prague Card). Ce mémorial est dédié aux victimes du communisme ainsi qu’à tout ceux qui ont été victimes du despotisme totalitaire :

Mémorial

 

Il y a une station intermédiaire sur la ligne du funiculaire, elle se trouve juste devant sur la gauche. Comme il n’y a qu’une seule voie sur presque tout le tronçon, nous sommes obligés de marquer l’arrêt ici pour laisser passer celui qui vient d’en face. La pente est plutôt raide, si vous décidez de monter la colline, ne mangez pas un cassoulet avant. Sur la photo de droite, des personnes en Segway, ces sortes de petits engins électriques avec une petite plateforme pour se poser debout. On en a vu partout durant le séjour, ça cartonne apparemment en ce moment :

 

Nous voici arrivés en haut (à pied, l’ascension de la colline prend 30 minutes), plus que quelques petites dizaines de mètres à parcourir pour arriver à la tour de Petřín. Si elle vous rappelle quelque chose, c’est normal, elle est très clairement inspirée de la Tour Eiffel. Elle a été construite en 1891 à l’occasion de l’exposition universelle de Prague. Des passionnés se sont rendus à Paris et on eu l’idée de faire une tour en haut de la colline de Petřín. Elle mesure 60 mètres de haut, mais de part la hauteur de la colline, elle se retrouve quasiment à la même hauteur au-dessus du niveau de la mer que notre Tour Eiffel. En son centre, il y a un escalier à double hélice, qui permet aux visiteurs de monter sans croiser ceux qui descendent :

Mini-tour Eiffel

 

Voici 2 vues depuis le haut de la tour de Petřín. Sur la première, on peut apercevoir dans le fond la Vltava et sur la seconde, tout à droite, la cathédrale Saint-Guy :

 

Au sous-sol de la tour, il y a une mini exposition sur son histoire, on y croise notamment de vieilles affiches pleines de charme. En attendant le funiculaire pour redescendre, nous avons pu voir des photos des gros travaux qui venaient juste de se terminer :

 

Nous revoilà en bas de la colline, avec une vue sur les commerces de la rue Ujezd. Nous passons tout droit pour nous rendre sur l’île de Kampa :

Pension d’Ujezd

 

Prague est également réputée pour ses canaux, on peut d’ailleurs y faire des balades. Nous sommes ici au-dessus de celui qui délimite l’île de Kampa, sur la Čertovka. L’île est petite mais elle abrite tout de même un musée, une galerie d’art et des statues en extérieur ainsi que des espaces verts :

Čertovska

 

Depuis l’île de Kampa, vue sur la Vltava et sur la rive est de Prague. Devant, une installation urbaine avec des pingouins jaunes :

La marche de l’empereur

 

Juste à côté du musée Kampa, nous retrouvons les fameux bébés de David Černý (les autres étaient sur la tour TV dans le quartier de Vinohrady). On voit bien ici le code barre enfoncé dans leurs visages. Nous sortons maintenant de l’île pour rejoindre le mur John Lennon. Sur notre parcours, j’ai bien aimé cette boutique fleurie :

 

Nous repassons sur un petit pont pour voir que l’accrochage des cadenas est universel :

Cadenas

 

Au détour d’une rue calme, de jolis pavés et une porte ancienne qui a du cachet :

Vieille porte

 

Dans la Velkopřevorské náměstí, on trouve le mur John Lennon, c’est un mémorial informel. Depuis les années 80, les gens y viennent pour y faire des graffitis. En 1988, le mur a été une source d’irritation pour le régime communiste de Gustáv Husák qui donna lieu a des affrontements urbains. Il est, suite à cela, devenu un symbole pour la jeunesse locale :

 

Petite vue de détail du mur, il y a un peu de tout, mais l’escargot m’a bien faire rire avec ces gros yeux ! Sur la photo de gauche, une petite photo s’imposait avec ces superbes ombres. Cette petite place se trouve dans notre dos quand on est face au mur :

 

Une rue plus loin, nous avons trouvé le pub John Lennon, au Hroznová 495/6 plus précisément. Nous n’y sommes pas allés, mais en tout cas, j’ai déjà bien apprécié la décoration de la façade :

Yellow submarine

 

Nous avons pas mal marché, et il semblerait que la faim se fasse sentir. Qu’à cela ne tienne, équipée de mon guide et de quelques très bons avis sur le lieu, nous nous rendons au Café Louvre, au Národní 22. Il a été ouvert en 1902 et y a vu défiler de grandes personnalités comme Franz Kafka (oui, il est partout lui, mais en même temps, c’est chez lui !), Albert Einstein ou bien encore Karel Capek (grand écrivain tchécoslovaque du 20ème siècle). Le lieu est sublime et très vivant. Au moment où nous y étions, c’était tout de même assez bruyant (fin d’après-midi). En tout cas, ça ne nous a pas empêché de déguster de très bons gâteaux et de bonnes boissons chaudes :

Café Louvre

 

Repus, nous avons repris notre périple. Nous nous sommes d’abord baladés dans le quartier entre vieux bâtiments et grandes artères piétonnes commerçantes. Nous avons croisé pour la seconde fois du voyage un magasin « Captain Candy » qui vend, comme son nom l’indique, des bonbons. La décoration à l’intérieur est très sympa, les bonbons sont présentés dans des tonneaux pour bien coller à la thématique pirate :

 

Au Jiráskovo nám. 1981/6, au bord de la Vltava, vous trouverez la maison dansante, une oeuvre récente (1996) de Vlado Milunić et Frank Ghery (celui qui a fait le bâtiment de la fondation Vuitton à Paris). Le surnom de cette oeuvre à une époque surtout) était Ginger et Fred en référence à Ginger Rogers et Fred Astaire mais maintenant tout le monde l’appelle tout simplement la maison dansante :

Sous la jupe

 

Une petite vue de face, c’est quand même très photogénique. A l’intérieur ce sont des bureaux et tout en bas, il y a une galerie d’art :

Ginger et Fred

 

En poussant un peu au sud, nous arrivons devant une villa cubiste, encore une rareté, qui est à Libušina 49. Il y a d’autres bâtiments de type cubiste dans Prague, si ça va vous intéresse, je vous laisse le soin de les chercher car nous ne sommes pas passés devant lors de notre séjour. La photo de gauche est la face arrière et celle de droite est la face avant :

 

En bonus, je vous propose des vues de détails et de nuit de l’horloge astronomique place de la Vieille Ville :

 

Egalement de nuit, Notre-Dame du Týn avec de beaux éclairages et une vue plus basse de la grande place. A droite, une photo du détail d’une station de métro, je les aime tellement ! Vous me dites si vous en avez marre de mes stations de métro hein :p :

 

Cette quatrième journée s’achève, encore bien épuisante mais tellement riche ! Je vous donne rendez-vous dans le prochain article pour la cinquième et dernière journée à Prague, cela devrait être un peu moins consistant ! :p

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

8 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    25 juin 2016 at 10 h 19 min 

    Merci Pascal ! La maison dansante, tranche forcément avec le reste, mais ne fait pas tâche, c’est en tout cas mon avis, c’est un petit plus, je trouve cette construction en verre très jolie !
    La synagogue espagnole m’a enchanté, un vrai plaisir des yeux !

  • Pascal
    24 juin 2016 at 19 h 27 min 

    Encore une belle ballade. Tu devrais postuler pour le guide du routard…
    Tu nous’n mets plein la vu avec ces bâtiments:
    La maison Ginger et Fred est impressionnante.( je garde Ginger et Fred parce-que j’en été fan 😉 ). Elle ne détonne pas avec le reste ?
    Je trouve la synagogue espagnole effectivement de toutes beautés. Prague vaut bien un détour.
    Je dois aussi te féliciter pour ta photo culinaire,très réussi dans sa composition, extra et elle donne bien l’eau à la bouche.
    merci pour cette saison 4, tu ma régalé par tes captures… superbes.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    22 juin 2016 at 23 h 03 min 

    Merci Esther ! Ah oui la maison dansante, on pourrait y rester une heure pour trouver des angles de prise de vue inédits !

  • Esther
    22 juin 2016 at 22 h 17 min 

    J’ai du déjà regardé 10 fois tes articles et tes photos, toujours un régal ! Ces vues de la synagogue, splendides. Quand à la maison dansante, ça ne devrait pas exister tellement c’est photogénique 😉 tu l’a prise vraiment très bien, les deux angles de vue et le noir et blanc sont top de top !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    22 juin 2016 at 17 h 40 min 

    Merci Anne ! Oui, de ce que j’en avais vu en photos, il y a quelques similitudes architecturales et de couleurs avec la Pologne !

  • Anne
    22 juin 2016 at 16 h 25 min 

    Belle ambiance que celle des villes de l’Est. Je ne connais pas (encore) Prague, mais la tonalité des photos me rappelle la Pologne!

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    19 juin 2016 at 21 h 26 min 

    Merci Amor ! J’ai trouvé ça sympa de prendre la maison dansante par en-dessous, ça changeait !
    La synagogue espagnole est magnifique, un vrai régal des yeux.
    Les photos de l’article sur la bibliothèque sont superbes, le photographe a eu beaucoup de chance ! 🙂

  • amor
    19 juin 2016 at 18 h 35 min 

    Toujours un plaisir de découvrir tes excursions praguoises, j’attendais la maison dansante pas la vue indiscrète N&B est superbe. Le vieux cimetière est toujours aussi vieux!
    La marche de l’empereur est rigolote le jaune en plus pour la touche pop. La synagogue est vraiment somptueuse. Les photos du plafond sont top.
    J’avais omis sur le précédent post de dire que j’ai été scotché par les photos du Clémentinuim sur ton lien. Une pure merveille.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.