Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Paris – Philharmonie

Comme évoqué dans le dernier article, voici donc la suite de cette balade parisienne dans le 19ème arrondissement, dans le quartier de la Villette. Aujourd’hui, nous allons nous attarder grandement sur la Philharmonie de Paris [1], ce bâtiment au sud-est du parc de la Villette. J’ai dû y rester au moins 1 heure et demie, à tourner autour, passer par tous les chemins ouverts, à profiter du lieu. Un jour, en roulant sur le périphérique, j’ai été intriguée par ce bâtiment (je n’étais pas en train de conduire si ça peut vous rassurer ! 🙂 ) et je m’étais dit qu’il fallait absolument que j’aille le voir de plus près un jour ! C’est donc maintenant chose faite !

 

La petite histoire

La Philharmonie de Paris est un projet qui vient en complément de la Cité de la Musique (un peu plus au sud) qui a, elle, été réalisée en 1995 alors que la Philharmonie a été achevée en 2015. Ce bâtiment est l’oeuvre de Jean Nouvel, un célèbre architecte qui a notamment réalisé le Louvre Abu Dhabi, le musée du Quai Branly (Paris) ou bien encore l’Institut du Monde Arabe (Paris). La Philharmonie est également le travail de plusieurs corps de métiers, les Ateliers Jean Nouvel ont fait appel à des sociétés spécialisées dans l’acoustique ainsi qu’à des scénographes. Elle est principalement consacrée à la musique symphonique, mais on peut également y écouter de la musique de chambre, du jazz ou bien encore des musiques du monde. On y retrouve plusieurs salles, la principale dite « Pierre Boulez », est la plus grande avec une capacité de 2 400 places, mais il y a aussi des espaces dédiés à des expositions, des ateliers pédagogiques ou bien encore des salles de répétition. Les formations résidentes de la Philharmonie sont l’Orchestre de Paris et l’Ensemble Intercontemporain :

philharmonieparis-carte

Pour m’y rendre, je suis descendue à la station de métro « Porte de Pantin » sur la ligne 5. Il faut partir vers le nord, passer soit par le parc de la Villette et à côté de la Cité de la Musique ou bien remonter l’avenue Jean Jaurès puis le boulevard Sérurier. Pour cette première vue globale, je me suis postée près du boulevard Sérurier, une route qui est parallèle au périphérique, ce n’est pas l’endroit le plus calme, vous vous en doutez mais voir ce bâtiment plutôt par l’arrière est intéressant car on le voit moins souvent sous cet angle. Le site s’étend sur presque 20 000 m² à l’emplacement de l’ancienne gare Paris-Bestiaux fermée en 1977 dont les terrains ont été rétrocédés par la SNCF à la ville de Paris en 1983 :

Si vous arrivez par le sud du bâtiment, vous tomberez forcément sur la grande rampe qui y mène, c’est l’accès principal et le plus connu. Le visuel de la Philharmmonie vous est peut-être plus familier pour ceux qui y sont déjà allés, on y voit en son centre ces grosses plaques de métal toutes en volume, un peu comme un corps d’un serpent recroquevillé sur lui-même (enfin, c’est une interprétation personnelle évidemment). L’extérieur du bâtiment est constitué de plusieurs rampes et escaliers à différentes hauteurs, on peut très facilement jouer sur ces lignes et courbes. Quand on va tout en bas, on trouve l’entrée principale où l’on peut acheter les billets par exemple, on peut observer beaucoup de jeux de lignes liés évidemment à la conception du lieu. Bien sûr, l’aspect visuel que l’on retient principalement de la Philharmonie, ce sont ces sortes de plaques en forme d’oiseaux qui s’entremêlent et que l’on retrouve avec différentes teintes :

C’était une belle journée ensoleillée, ce qui a permis de voir tout un tas de reflets sur la façade. On y retrouve des reflets très prononcés sur une surface qui sert de plafond à une autre entrée plus haut, il y a même des sortes de pointes à ce plafond qui rajoutent un côté encore plus graphique. L’extérieur de la Philharmonie est constitué de plusieurs étages, avec des escaliers, des rampes et même des escalators qui sont tous un peu imbriqués les uns dans les autres, s’y balader est comme un petit jeu de piste, on monte, on descend, on découvre d’autres entrées ou bien encore des espaces plus au centre qui sont en plein travaux. Il est possible de se balader sur le toit (gratuitement), mais ce n’est pas ouvert une partie de l’automne ni en hiver (ça sera pour une prochaine fois j’espère) :

Une partie de la structure du bâtiment avance dans le vide côté est. En dessous, on peut d’ailleurs retrouver l’entrée des artistes. La Philharmonie m’a fait penser, à cet endroit, à un grand S ou un serpent en mode défense, comme un cobra qui se redresse. On peut voit plus clairement les pointes aux plafonds dont je vous parlais un peu plus haut :

Depuis les escaliers (photo en haut à droite) on aperçoit un bout de la Cité de la Musique, les 2 bâtiments sont assez proches. En remontant, près d’une autre entrée (oui oui, je n’ai fait que monter et descendre ! :p), les lignes de l’architecture partent à la verticale, tout en hauteur, les arbres que l’on voit au loin sont ceux près du centre du parc de la Villette. Je me suis pas mal attardée également sur ces grandes plaques de métal qui sont tressées et très brillantes :

Avec la texture de ces plaques et les reflets dessus des structures en forme d’oiseau, on arrive à un résultat assez surprenant, l’œil peut s’y perdre. Il y a également les reflets du soleil au sol qui viennent s’en mêler, j’avoue que je me suis bien amusée par ici ! Concernant la salle « Pierre Boulez », la plus grande, je vous mets ici un lien vers une photo (source Wikipédia) car elle est très jolie et est basée sur un modèle pas très courant, avec l’orchestre au centre. Grâce à cela, le spectateur le plus éloigné se retrouve seulement à 32 mètres du chef d’orchestre, plutôt pas mal pour profiter du spectacle. J’aimerais bien me faire une représentation un jour, apparemment l’acoustique est extraordinaire et il existe des billets couplés avec la visite guidée de la salle :

Mon tour est terminé, je n’ai pas été déçue de ma visite, je me suis amusée et j’ai été étonnée par toutes les différentes structures que l’on retrouve sur un même bâtiment. Juste à côté, un petit chemin sinueux nous ramène vers le parc de la Villette mais on peut également choisir d’emprunter cette rampe qui nous dirigera plutôt vers les petites passerelles toutes mignonnes vues dans le précédent article. J’ai repris plus tard vers le sud et suis repassée vers l’entrée principale de la Philharmonie, tout en bas où l’on peut voir un bout du bâtiment de la Cité de la Musique. On peut également voir une des nombreuses « folies » disséminées dans tout le parc dont je vous ai déjà parlé :

Carnet pratique

Philharmonie de Paris et Cité de la Musique | 221 Avenue Jean Jaurès – 75019 Paris | Site

Le quartier de la Villette regorge d’activités et de curiosités, c’est vraiment plaisant de s’y perdre et de naviguer sans plan établi. La Philharmonie de Paris est un coup de cœur architectural pour moi, j’y ai passé un certain temps, je m’y suis bien amusée. Et vous, avez-vous aimé ? Connaissez-vous ? Si vous y êtes déjà allés, avez-vous vu une représentation et qu’en avez-vous pensé ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

12 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    4 mars 2019 at 10 h 35 min 

    Merci pour ton passage Cédric, cela faisait quelques temps ! 🙂
    Je suis contente que tu aies pu découvrir un lieu, surtout qu’il est plutôt sympa ! 😉

  • Cédric
    4 mars 2019 at 10 h 13 min 

    Toujours très plaisant de suivre tes pas en photo et de découvrir des lieux que je ne connais pas. Comme toujours, on voit de manière évidente tout le soin que tu prends dans la composition de tes images. Un vrai plaisir, merci !

    A bientôt !
    Cédric.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    27 février 2019 at 9 h 26 min 

    Merci Pascal pour ta visite ! Si tu as l’occasion d’y passer, tu devrais t’y amuser beaucoup ! 🙂

  • PascalXLD
    27 février 2019 at 8 h 33 min 

    Etant fan de graphisme urbain j’apprécie énormément ta série. Un bâtiment qui ne demande qu’à être découvert

    Bonne journée

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    25 février 2019 at 18 h 50 min 

    Merci Pascal ! Si tu as l’occasion, passe voir ce bâtiment, il devrait t’impressionner ! 🙂

  • Pascal
    25 février 2019 at 17 h 18 min 

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir cette structure mais tu as le chic pour trouver de sacrés angles de prises de vue.
    Bravo ! Cela va attirer beaucoup de photographes qui n’attendent qu’à faire de même.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    19 février 2019 at 20 h 16 min 

    Merci beaucoup Esther ! 🙂 La passante en jaune avec la couleur des feuilles d’automne, justement j’ai pensé à toi en prenant cette photos ! 🙂

  • Esther
    19 février 2019 at 20 h 07 min 

    J’imagine parfaitement le plaisir que tu as eu à découvrir tous les angles de cette superbe structure, avec un rayon de soleil en plus. Je m’y vois bien !! Noir et blanc judicieux pour mettre en valeur les lignes, mais j’aime aussi beaucoup la passante en jaune parmi les feuilles mortes… les lignes de fuites les tonalités, tout me plait !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    17 février 2019 at 9 h 49 min 

    Merci Eric ! Un lieu à découvrir, je te le conseille ! 🙂

  • Eric Leonard
    16 février 2019 at 18 h 02 min 

    Les photos comme le bâtiment sont superbes. Merci pour le partage.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    16 février 2019 at 15 h 03 min 

    Merci Anne ! Si tu as l’occasion, je pense que ça doit être super ! 🙂

  • Anne
    16 février 2019 at 13 h 16 min 

    Ouah, comme c’est beau! J’espère vraiment avoir l’occasion d’y aller et d’entendre des oeuvres jouées!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.