Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Paris – Le Petit Palais

Début décembre, ça commençait à se rafraîchir sérieusement, mais ça ne m’a pas empêché d’aller me balader sur Paris ! Au menu cette fois-ci, la visite d’un musée (oui parce que ma résistance au froid à ses limites quand même !) qui est gratuit (hors expositions temporaires), le musée des Beaux-Arts. Il se trouve dans le bâtiment du Petit Palais dans le 8ème arrondissement !

 

La petite histoire

Le Petit Palais est un bâtiment construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1900 par l’architecte Charles Girault. Il se trouve sur l’avenue Winston Churchill dans le 8ème et se trouve en face du Grand Palais qui lui abrite des expositions et est connu surtout pour sa très grande verrière. Dans le musée, on retrouve des collections allant de l’Antiquité à la fin du XIXème siècle. Le Petit Palais a une surface de 5 000 m² et une façade de 150 m de long. Il est organisé autour d’un jardin semi-circulaire que l’on peut visiter. Une grande rénovation du bâtiment a eu lieu de 2001 à 2005 :

J’arrive dans le secteur par le RER C, à la station Invalides. Selon la sortie que vous prendrez, vous arriverez plutôt vers l’hôtel des Invalides ou au pied du pont Alexandre III [1], ce que j’ai fait, puisque le Petit Palais [2] se situe de l’autre côté de la Seine. Le pont a été construit entre 1897 et 1900, date à laquelle il fut inauguré pour l’exposition universelle :

Il est nommé ainsi en l’honneur du tsar Alexandre III de Russie, mort en 1894. Ce pont était destiné à symboliser l’amitié franco-russe, instaurée par la signature de l’alliance conclue en 1891 entre l’empereur Alexandre III et le président de la République Française Sadie Carnot. Le pont a été inauguré le 14 Avril 1900 sous le président Emile Loubet. Sa longueur totale est de 165 m et sa largeur atteint 30 m pour ce pont en arc réalisé en acier. Il est classé aux Monuments Historiques depuis 1975 :

Les berges ont été renforcées au moyen d’immenses massifs de béton afin d’éviter l’écartement des encrages. En effet, de par sa grande portée pour une faible hauteur, le pont exerce une importante poussée latérale. Sur la photo de droite, on aperçoit l’hôtel des Invalides au fond de l’avenue du maréchal Gallieni :

En arrivant aux abords du Petit Palais, une statue nous attend, c’est celle de Winston Churchill, l’avenue où je me trouve porte son nom. En bas on peut lire « we shall never surrender » qui veut dire « nous ne nous rendrons jamais », issu d’un discours prononcé le 4 juin 1940 depuis Londres. A droite, c’est l’entrée du Petit Palais. L’énorme porche est surmonté d’un dôme (qu’on ne voit pas ici étant trop près) :

L’entrée est donc gratuite, seules les expositions temporaires sont payantes. En entrant, on part vers la gauche du bâtiment, c’est le début du parcours. Je prends les escaliers pour accéder au sous-sol, vous pourrez d’ailleurs y trouver un auditorium ainsi que des vestiaires gratuits. Je passe par la partie réservée à l’Antiquité (gauche) et je m’attarde longueur sur la partie dédiée au XIXème siècle. Les allées sont calmes, il n’y a presque personne et la présentation des œuvres et la décoration des allées me plaisent beaucoup :

Le calme ambiant invite à la flânerie, tous les sièges sont disponibles, on entend les mouches voler. On passe d’un couloir à l’autre sans encombre, on se laisse porter par nos pieds :

Contemplation

En plein milieu du couloir, une œuvre de l’atelier Guilbert-Martin, « l’Espérance » qui est l’une des trois mosaïques (les autres étant la Foi et la Charité) destinées à la crypte funéraire de l’Institut Pasteur, où il est enterré. Elle a été réalisée vers 1898 :

Ici, une statue en plâtre réalisée par Emmanuel Frémiet en 1875, elle représente Jeanne d’Arc. il est également l’auteur de la statue équestre de Jeanne d’Arc qui se trouve actuellement place des Pyramides à Paris. A droite, un collier réalisé vers 1905, fait d’or, d’émaux, de diamants, de perles et d’opales :

Dans le bâtiment du Petit Palais, on retrouve 2 grands escaliers comme celui-ci, très graphiques. Au pied, une statue de Jean-Baptiste Carpeaux. Le musée compte près de 150 sculptures, dessins et peintures de cet auteur, tous donnés par son fils. A droite, un tableau de Louis-Welden Hawkins, un peinture allemand, intitulé « ma patronne » qui a été réalisé en 1903 :

Près de l’auditorium, des allées semi-circulaires nous guident vers des collections du Moyen-Âge et du monde chrétien oriental. A droite, dans ce couloir, on peut retrouver des plans et photos sur l’histoire du Petit Palais :

A l’étage, on retrouve énormément de collections du XVIIIème et du XIXème siècle. Les couloirs et escaliers sont déjà un plaisir des yeux en soi :

Fer et mosaïques

Je prends le temps de m’attarder sur les détails des escaliers, j’attends que quelques groupes scolaires passent pour peaufiner mes cadrages :

Les collections ont la chance d’avoir aussi de belles salles de présentation, avec des parquets magnifiques et des couleurs soutenues pour distinguer les différents univers. Vous avez peut-être remarqué dans le fond (photo de gauche) des tableaux très colorés, en fait ce sont des photos, il y avait une exposition du photographe Andres Serrano, un américain, disséminées un peu partout dans les galeries permanentes. Ses photos s’intègrent très bien aux collections du Petit Palais, son œuvre étant fortement inspirée des maîtres anciens de la Renaissance et du Caravagisme :

Retour au rez-de-chaussée, avec des tableaux et sculptures du XIXème siècle. Ces galeries sont très lumineuses, elles se trouvent juste à côté du jardin :

Galerie lumineuse

Le jardin semi-circulaire se trouve au centre du Petit Palais, on y retrouve des plantations et un café (je n’ai même pas osé regardé les prix !). De l’intérieur, on peut admirer la coupole qui se trouve à hauteur de la façade du bâtiment vue tout à l’heure :

J’ai surpris ce photographe avec son appareil type Rolleiflex, j’aime toujours voir ce genre de scène, ça a un petit goût d’antan, et cela se repère assez facilement, on fini très souvent plié en 2 avec ces appareils :

A l’ancienne

Je ne suis pas restée longtemps dehors, il faisait frisquet. A mon retour, je reprends mon parcours et passe devant un tableau de Claude Monet « Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt, effet d’hiver ». Cette huile sur toile a été peinte en 1880, elle représente un petit village de la région parisienne. A droite, l’entrée d’une exposition payante intitulée « l’art du pastel, de Degas à Redon » :

Petite pause, des courbes ayant attiré mon regard. Celles de l’escalier plus particulièrement, non loin de l’exposition temporaire. Au passage, une peinture au plafond que je n’ai pas remarqué tout de suite :

Courbes aériennes

Pour terminer, retour au sous-sol, non loin de l’auditorium où des icônes sont exposées dans une petite salle sombre. Elles couvrent les zones de l’empire ottoman, de la Russie et la République de Venise. Ici, des scènes se déroulant en Grèce, faites en 1785. Cela représente, à gauche, la naissance de la Vierge et à droite la Cène :

Carnet pratique

Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de Paris | Avenue Winston Churchill – 75008 Paris | Gratuit pour les collections permanentes | Site

Je continue tranquillement ma visite des musées gratuits de Paris. Même s’il n’y en en a pas autant en quantité qu’à Londres, en tout cas en terme de gros musées, il y a quand même du choix. Le Petit Palais se fait en une demi-journée, il est très bien entretenue et il y a une grande variété d’œuvres, bref, j’ai beaucoup apprécié. Bien évidemment, je visite en semaine, le week-end, cela sera très chargé, et la qualité de la visite pourra s’en ressentir évidemment. Avez-vous déjà visité ce musée ? Qu’en avez-vous pensé ? Quelle est votre partie préférée ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

4 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    14 mai 2018 at 14 h 14 min 

    Merci Amor ! J’ai beaucoup apprécié ce musée aussi !
    Je n’avais pas osé tenter le café ayant peur des prix, sur tes conseils, si j’y repasse, je me laisserai alors tenter ! 🙂

  • Amor
    14 mai 2018 at 11 h 09 min 

    Clairement un des mes musés préférés de Paris, à la fois gigantesque dans son hall d’entrée et intimiste dans le jardin intérieur. A l’abri aussi des grandes foules de touristes. Je te conseille le café et les gâteaux succulents à des pris très raisonnables contrairement à certains autres musées.
    J’aime la photo fer et mosaïque et les photos de l’escalier toutes ces ferronneries sont superbes.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    6 mai 2018 at 19 h 17 min 

    Merci Gilderic ! En effet, même au Louvre en semaine, c’est blindé de monde, après je ne vais pas m’en plaindre, je suis très contente de trouver un musée où l’on peut prendre le temps d’observer ! 🙂

  • Gilderic
    6 mai 2018 at 16 h 40 min 

    En effet, il n’y a pas foule (ça change du Louvre 😉 ). La dernière fois que j’y suis passé, c’était pour l’expo « Oscar Wilde ». J’avais été impressionné par le bâtiment, mais n’avais pas eu le temps de visiter la collection permanente. Tes photos donnent clairement envie de rattraper ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.