Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Paris – Galerie Itinerrance et street arts

Lors de jours de congés, parfois, je remonte sur Paris, souvent à l’occasion de rendez-vous, et j’en profite presque toujours pour faire des étapes en mode « touriste ». En cette fin mars, j’avais repéré une exposition. Je me suis rendue à la galerie Itinerrance [1] dans le 13ème arrondissement dans le quartier de Bibliothèque François Mitterrand. J’ai eu la chance d’être toute seule pour profiter pleinement des oeuvres et j’ai pu également discuter avec une personne fort sympathique de la galerie. J’ai ensuite fait un petit tour dans le quartier, un article a déjà été publié si ça vous intéresse. Je me suis ensuite rendue dans le 9ème arrondissement [2] pour visiter le musée du parfum (je n’ai pas pu le faire, il n’était ouvert qu’aux groupes ce jour-là) et comme j’avais encore un peu de temps (vu le contre-temps précédent) j’ai visité le quartier et j’ai ensuite fait un petit crochet par la rue Volta [3] dans le 3ème !

 

La petite histoire

La galerie Itinerrance s’est installée dans le 13ème arrondissement en 2004 et c’est en juin 2016 qu’elle propose sa première exposition dans le nouvel espace que j’ai visité à Bibliothèque. On y retrouve des accrochages traditionnels (tableaux) et des installations de street artistes. C’est l’occasion de voir leurs oeuvres ailleurs que dans la rue. Elle est également à l’origine du parcours Street Art 13 qui propose de découvrir l’arrondissement au travers de diverses fresques réalisées par des artistes internationaux. Les expositions à la galerie changent assez souvent, vous en avez pour tous les goûts et c’est gratuit :

itinerrance0318-carte

Tout au bout de l’avenue de France, on découvre au détour d’une rue et d’immeubles modernes la galerie. Fin mars, c’était l’artiste Inti qui était mis à l’honneur. Cet artiste chilien né au début des années 80 est graffeur et peintre, il utilise des bombes ainsi que des rouleaux :

Son pseudo est le nom de l’ancienne divinité inca du soleil et il fait de nombreuses références aux civilisations préhispaniques. On retrouve très souvent dans ses oeuvres le Kusillo, un personnage du carnaval bolivien, un clown habillé d’un patchwork de tissus colorés. A gauche, une toile qui s’appelle « Random » et à droite « Eldorado » toutes 2 réalisées avec de la peinture acrylique :

On retrouve également beaucoup de références à l’imaginaire latino-américain, au paganisme ainsi qu’au christianisme, comme ici cette grande sculpture :

Madone

Je n’ai pas pris le nom de l’oeuvre de gauche, mais je peux vous dire qu’à droite, le tableau s’appelle « Nuestro Norte es el Sur », qui veut dire « notre nord est le sud » :

Inti a fait l’école des Beaux-Arts de Viña Del Mar à côté de la ville de Valparaiso d’où il est originaire. Il vit actuellement entre le Chili et la France (Saint-Etienne). Le tableau ci-dessous s’intitule « codo a codo » qui veut dire « coude à coude ». La galerie n’est pas très grande mais les accrochages et dispositions sont de qualité. Cette exposition n’y est plus au moment de la sortie de cet article, mais vous pouvez y aller les yeux fermés (enfin pas trop, faut pouvoir regarder les tableaux aussi !), la sélection est toujours très intéressante. En tout cas, je suis une très grande fan d’Inti, son univers visuel est magique, entre les références et les couleurs, on le reconnait à des kilomètres :

Codo a codo

Juste derrière la galerie, on retrouve tout un tas de street arts que j’avais déjà croisé lors d’une précédente balade. Je vous livre ici 2 petits qui avaient échappé à mon appareil :

De passage dans ce quartier, il m’est totalement impossible de résister à l’envie de faire quelques photos d’architecture, c’est une source d’immeubles modernes et conceptuels inépuisable :

Me voilà maintenant dans le 9ème arrondissement. Je passe devant le musée du parfum, je me rends compte que je ne peux pas le visiter, alors je continue mon chemin. Près de la rue Edouard VII, je m’engouffre dans un petit passage pour déboucher sur une grande cour d’immeuble où, par hasard, je trouve ces œuvres en anamorphoses, une très belle surprise :

Cercles bleus

J’ai mis un certain temps pour trouver le bon angle où tout l’intérêt de l’œuvre en anamorphose prend son sens. Je n’ai malheureusement pas trouvé le nom de l’artiste [edit (21/06/2018) : c’est Felice Varini]. Je suis admirative de ce genre d’œuvres, c’est réalisé au millimètre, et surtout j’essaye de m’imaginer l’auteur lors de la phase de conception, il faut une bonne capacité d’abstraction pour arriver à se représenter l’œuvre finale :

Je ressors dans la rue Edouard VII, une petite rue pavée avec des restaurants plutôt chers (entrée/plat ou plat/dessert = 26 € !), mais agréable pour s’y balader :

Chers pavés

J’arrive au square Edouard VII, une cour d’immeuble circulaire quasi fermée, je dois avouer que ça a de la gueule quand même. Le théâtre Edouard VII se trouve juste à droite :

Pour reprendre le métro, je repasse devant le musée du parfum et remarque ce bâtiment que je n’avais pas vu lors du premier passage. C’est l’Athénée, un théâtre à l’italienne qui sert également de salle de concerts. Il fût inauguré en 1893 et porte le nom de Louis Jouvet qui l’a dirigé de 1934 à 1951 :

Athénée Louis Jouvet

Direction le 3ème arrondissement et la rue Volta. J’avais vu sur Internet que cette rue comportait pas mal de street arts. Je n’ai pas été hyper séduite, ce n’est pas des styles que j’aime trop mais j’ai quand même réussi à en trouver quelques uns. Tout d’abord un « invader », fait avec ses caractéristiques petits carrelages, même si là il est accompagné et un street art en hommage à Stephen Hawkins, décédé le 14 mars 2018 (c’est-à-dire quelques jours avant mon passage). C’est un des plus grands physicien théoricien et cosmologique des dernières décennies, une grande perte pour la science. Ce n’est donc pas pour le style du street art que j’ai pris la photo 😉 :

J’ai trouvé ce rideau de fer redécoré, il m’a un peu fait penser à un autre rideau de fer vu à Londres, dans le quartier de Brick Lane, dans Bacon Street :

L’ananas

Carnet pratique

Galerie Itinerrance | 24 Boulevard du Général d’Armée Jean Simon – 75013 Paris | Site

Athénée Louis Jouvet | 7 Rue Boudreau – 75009 Paris | Site

Encore une journée pleine de découvertes. J’aime beaucoup la galerie Itinerrance, j’aimerai y retourner dès que j’en aurai l’occasion pour admirer d’autres street artistes. Qu’avez-vous préféré ? Etes-vous tenté par cette galerie gratuite ? 🙂

Newsletter

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

6 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    21 juin 2018 at 23 h 17 min 

    Merci Amor ! (le come back :p )
    Merci pour le nom, je vais de ce pas l’ajouter dans l’article. Je me rappelle ton article à la Villette, top !
    J’ai vu aussi le Inti à Chevaleret, mais pas en direct, ça devrait être impressionnant !

  • Amor
    21 juin 2018 at 22 h 52 min 

    Pour répondre à Esther il est là Amor.
    Pour répondre sur l’auteur des ces œuvres il s’agit de Felice Varini qui avait œuvré à la Villette en 2015 mon article ici http://www.la-ligne-claire.fr/jour-ordinaire-villette/et ici http://www.la-ligne-claire.fr/varini-zonder/.
    Inti j’avais vu sa réalisation à Chevaleret en direct c’est vraiment très impressionnant. Sans doute plus que les œuvres format galerie.
    Le coin Edouard VII est très très beau et calme en plus. Braavo pour ta prise de vue de la place car il y a peu de recul.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    20 juin 2018 at 22 h 47 min 

    Merci Esther ! Oui il me semble qu’il en avait pris, je ne sais pas non plus où il est, il se fait rare !
    On dirait de l’art Nouveau effectivement, belle façade !

  • Esther
    20 juin 2018 at 18 h 29 min 

    Impressionnante, l’anamorphose avec les anneaux, on dirait un montage…il me semble que Amor en avait pris une différente dans ce quartier il y a quelques temps, il se rappellera peut-être du nom de l’artiste ? d’ailleurs, il est où Amor ?!!
    Superbe façade, l’Athénée. Art nouveau ?
    Bonne adresse, la galerie Itinérance, je note pour un prochain séjour 🙂

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 juin 2018 at 15 h 54 min 

    Merci pour l’info Anne ! 🙂

  • Anne
    18 juin 2018 at 12 h 47 min 

    Les anamorphoses sont à la mode, il y en a de géantes à Carcassonne en ce moment!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.