Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Interview en série #21

 

Bienvenue à toutes et à tous à la 21ème édition d’Interview en Série, on continue tranquillement nos découvertes ! 🙂 Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, Interview en Série, c’est une interview d’un photographe que j’apprécie (amateur ou pro), et puis un défi, je lui soumets une petite série de 6 photos à réaliser sur un thème imposé. Je vous propose cette fois-ci de découvrir Marie Audo ! Passons sans plus attendre à son interview :

 

Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Marie, j’ai 31 ans, j’habite à Toulouse avec mon copain et nos deux chats, Jean Pierre et Francis. J’ai eu la chance de pouvoir me former dans les domaines qui m’intéressaient, du coup j’ai des diplômes en psycho, en construction de formation à distance et en études sur le genre. J’ai travaillé dans l’éducatif pendant 10 ans. J’ai commencé un blog de cuisine il y a quelques années, et c’est ce qui m’a poussée à me perfectionner en photo ! Je suis maintenant photographe culinaire : je travaille avec des professionnels de la restauration qui ont besoin d’images pour leurs sites internet et leur réseaux sociaux : photos de leurs plats, de leur établissement et portraits de leur équipe.

Comment es-tu « tombée » dans la photo ?

Ma mère faisait des photos de la vie quotidienne et rangeait tout dans de jolis albums. Petite, j’étais fascinée par les photos des autres et je pensais que c’était très difficile d’en faire. Je regardais les albums de famille pendant des heures, je demandais qu’on me raconte les histoires des personnes qui étaient sur les photos, c’était quelque chose de super important. J’aimais avoir des photos de moi dans mes déguisements, et quand ma mère sortait son appareil, c’était un petit événement. J’ai eu mon premier appareil pour mes 17 ans, après avoir épuisé beaucoup de jetables. A l’époque c’était important pour moi de garder des souvenirs en photographiant tout (et n’importe quoi). C’était surtout documentaire et je ne me posais pas vraiment la question de la qualité de l’image. Après, j’ai eu une période où je faisais des expériences plus ou moins foireuses : je bougeais en prenant des photos, je bidouillais sous Paint pour rendre des visages les plus bizarres possibles, je m’amusais bien mais ça ne rendait pas grand chose et ça ne sortait pas de mon ordinateur.

Je me suis découvert une passion pour la cuisine en devenant végétarienne puis vegan, et j’ai beaucoup documenté ce que je faisais à manger. J’ai ouvert un blog de cuisine, et j’ai commencé à me poser la question de la qualité des photos. Mon compact était super lent, la qualité d’image franchement « dégueu ». J’ai fini par acheter mon premier reflex en 2010, en n’y connaissant rien du tout et en prenant l’entrée de gamme qui était dans mes moyens à l’époque.

Je n’avais jamais dépensé autant d’argent d’un coup, mais j’étais super contente. S’en sont suivies quelques années de mode auto sans post-traitement et de frustrations. C’était déjà une grosse amélioration par rapport à mon compact, mais j’avais envie de progresser. J’ai commencé à regarder ce qui se faisait en photo culinaire, et il me semble que c’est à ce moment là que j’ai commencé à suivre le blog de Marie Laforêt ( http://www.100-vegetal.com/) et à me dire que j’aimerais réussir à faire des images qui s’approchent des siennes quand je serai grande (mais que sûrement je n’y arriverais jamais, parce que la photo c’était toujours très difficile, dans mon idée).

Finalement, c’est Marion Dunyach, ma copine photographe de génie, qui a changé ma vie en photo. Je ne la remercierai jamais assez ! Elle m’a expliqué les bases et m’a donné la petite impulsion dont j’avais besoin pour que je me mette vraiment à progresser et à apprendre. Elle m’a aidée à régler mon appareil, m’a donné des conseils, des sources, et m’a vraiment décomplexée en me disant que l’essentiel c’était que je m’amuse. Et qu’en pratiquant je progresserais parce que c’était pas SI dur si je bossais assez.

Après ça, j’ai beaucoup travaillé, j’ai suivi la formation « Devenez un photographe accompli » de Laurent Breillat, j’ai passé des centaines d’heures sur Lightroom, pris des milliers de photos, et j’ai fini par être contente et à prendre confiance en ce que je faisais. Je sais mieux ce que j’aime ou non en photo, j’ai mes petites habitudes, et mes images sont devenues plus personnelles.

Maintenant, j’ai laissé tomber mon blog depuis un moment, mais j’ai des commandes pour des photos, et je me sens assez légitime pour me faire payer pour mon travail, ce qui a été un long chemin semé de doutes et d’apprentissage. J’espère continuer à progresser en me faisant plaisir encore longtemps !

Quel matériel utilises-tu ?

Un Nikon D7500, le plus souvent avec un 50 mm 1.8. Un flash cobra pour les portraits en intérieur. Les stores blancs de ma cuisine comme diffuseurs, et parfois un trépied.

Quel(s) style(s) préfères-tu pratiquer ?

Je fais beaucoup de photo culinaire, forcément ! Mais je fais aussi énormément de photos d’animaux : je suis bénévole dans une assocation qui s’occupe de chats errants et les propose à l’adoption, je fais leurs portraits. Mais j’aime aussi les gens pris sur le vif, rendre des ambiances et des moments. Finalement, c’est un peu comme si je faisais des portraits de plats, de chats, de personnes ou de situations. Récemment j’ai eu envie de faire des choses différentes, et je me suis lancée dans une série sur les plantes, avec différents types de lumières. Globalement, je dirais que j’essaie tout le temps de ne pas faire d’images chiantes, je ne sais pas si je réussis toujours, mais c’est l’idée ! Je galère à mort sur le paysage, je trouve ça super dur que ce ne soit pas chiant justement, du coup je suis très admirative des gens qui arrivent à rendre ça intéressant et spectaculaire. Après, je fais plus de couleur que de noir et blanc, mais j’aime autant les photos sombres que les très lumineuses, et j’apprécie un bon noir et blanc de temps en temps pour donner de la profondeur à certaines images. Je photographie rarement en pensant noir et blanc par contre, c’est une « surprise » qui arrive au post-traitement en général (et parfois un moyen de rattraper des couleurs moches, ne me jugez pas, les puristes du noir et blanc 🙂 ).

Quels sont tes projets, tes envies de découvertes et d’évolution ?

Faire plus de portraits de modèles qui posent. Réussir des photos de paysage pas chiantes (un jour !). J’ai prévu d’essayer la photo de spectacle, ça ne devrait pas tarder. Et un jour, j’aimerais faire des tintypes (mais ça, c’est pas pour tout de suite). D’un point de vue professionnel, satisfaire les demandes de mes clients et avoir plein de projets intéressants pour continuer à progresser et à me mettre en difficulté. Mon but en photo culinaire c’est vraiment d’être efficace sans mille accessoires, sans fonds spéciaux, sans ingrédients saupoudrés tout autour de l’assiette, bref de rendre justice au plat, de donner faim, tout en restant simple dans la mise en scène. Rencontrer des photographes dont j’aime le boulot, continuer à apprendre encore plein de trucs, et maîtriser Lightroom en profondeur.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Marion Dunyach ! Vincent Meunier, Nicolas Tondreau, Dwam, Jade Beal, Nan Golding, Adrian Whipp de Lumière Tintype, Ezgi Polat, Andrey et Anna Shalimov. En photo culinaire : Marie Laforêt, Timothy Pakron, Nora Eisermann & Laura Muthesius de Our food stories, Linda Lomelino … Et j’en oublie !

Quel logiciel utilises-tu pour le post-traitement et quelle importance lui accordes-tu ?

Lightroom ! Pour moi le post-traitement c’est la moitié de la photo. Si la prise de vue est naze, ça ne marche pas, mais si le post traitement est naze ou inexistant, ça ne marche pas non plus.

Pourquoi fais-tu de la photo ?

En premier lieu parce que ça me fait plaisir, j’aime faire des images, transmettre des émotions, mettre des sujets en valeur ! Mais aussi pour garder des moments. J’aime bien offrir des souvenirs aux gens, et les images, c’est plein de sens, d’émotions, et ça ne prend pas beaucoup de place 🙂 J’aime bien cette possibilité de créer des émotions, de donner une version de ce qu’on a sous les yeux et de transmettre ce qu’on voit à d’autres, même si ce sont des petites choses. Parfois ça réussit, parfois ça rate, mais le principe me plaît et c’est toujours une partie de mon but quand je prends une photo. Quand je photographie des gens, j’ai très envie qu’ils s’aiment dessus, parce que je sais que l’image de soi peut être douloureuse, et qu’une belle photo peut faire beaucoup de bien ! Je prends souvent des portraits sur le vif, en essayant de me faire oublier. Si les expressions sont vraies et que les personnes qui sont dessus se trouvent belles, je suis vraiment contente. J’aime la possibilité d’apporter ça aux autres. En photo de cuisine, j’aime donner faim et mettre en valeur les produits de mes clients. Mais j’aime bien que ces images là aient une ambiance et racontent une histoire aussi, et que ça suscite la sympathie et de l’intérêt chez celles et ceux qui les voient. On peut vraiment faire plein de choses avec la photo, je ne m’ennuie jamais, c’est aussi une réponse à la question !

Quelle est ta photo préférée et pourquoi ?

C’est compliqué comme question ! J’ai choisi la première photo de burger dont j’ai été contente et que j’aime toujours aujourd’hui ! C’est une photo pas réfléchie, pas mise en scène, dans ma cuisine, deux minutes avant de manger. J’ai trouvé que ce que je voyais était joli, la lumière était chouette, j’ai pris trois photos et le post-traitement a été super rapide. Du coup c’est à la fois une image que j’aime bien et un moment de photo satisfaisant, parce que ce n’est pas tout le temps comme ça :

Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

La couture ! Je couds depuis 3 ans et je fais presque tous mes vêtements maintenant. Et puis cuisiner et manger. D’ailleurs maintenant qu’on en parle, les frites, c’est aussi une de mes passions. Sinon, je lis et je regarde plein de fiction, et j’ai une passion pour les riot grrrls, les groupes de punks menés par des filles énervées et l’imprimé léopard.

 

Et maintenant place au défi que j’ai lancé à Marie Audo. Je lui ai demandé de réaliser une série photographique avec un thème imposé. Elle avait pour mission de prendre 6 clichés sur le thème « orange et textile », voici sa série :

 

Voici les commentaires de Marie Audo sur sa série photographique :

Cette série m’a donné pas mal de fil à retordre pour trouver une idée de départ : j’ai réfléchi pendant trois semaines avant de trouver un fil conducteur. Et autant j’ai plein de tissu chez moi, autant je ne voyais pas comment l’employer, et j’aime pas le orange, alors ça ne m’inspirait pas des masses au départ. Finalement, j’aime bien faire des images de trucs ordinaires, et j’ai décidé de montrer des objets de mon quotidien qui fonctionnent ensemble, l’un orange, l’autre en textile. C’est assez simple comme idée, mais j’ai essayé de faire en sorte que les images se répondent entre elles, j’espère que ça fonctionne !

Pour commencer, un grand merci à toi pour ta participation ainsi que le travail effectué sur la série ! Tes réponses à l’interview sont fournies, ça devrait plaire aux lecteurs les plus acharnés ! 🙂 Tu n’as pas hésité à nous raconter un petit bout de ta vie et ta vision de la photographie, c’est très intéressant ! Concernant ta série, je ne savais pas que tu n’aimais pas la couleur orange, de toute façon, je n’en tiens pas compte pour donner une couleur aux gens, mais c’est marrant de voir comment au hasard je tombe assez souvent sur une couleur que les gens n’aime pas lol. Tu es dans le thème sans problème, il y a du orange, il y a du textile. J’ai une préférence pour celle avec le livre d’Agatha Christie et celle de la ventouse est très sympa également ! L’idée du Rubik’s cube est top, en plus tu en avais un avec ces dominantes de couleur, ça tombait très bien. Pour la photo avec le stylo dans la poche, elle est peut-être un peu vide à part le stylo, la couleur du pantalon étant un peu sombre, au premier abord, on voit surtout le stylo, mais il ne dépasse pas de beaucoup non plus. Le travail des mains avec les ciseaux est intéressant, j’aime bien les détails sur les mains, ton travail au flash est doux, il éclaire juste ce qu’il faut je trouve. Le pot de fleurs a des détails également et de la texture, bonne idée ! Bref, ta série est cohérente et bien travaillée, bravo à toi ! 🙂

Pour ceux qui voudraient découvrir et/ou suivre Marie Audo, voici tous ses liens utiles :

 

Je vous rappelle que toutes les photos prises par Marie Audo sont sa propriété et que si vous êtes intéressé, vous pouvez prendre contact avec elle.

Quant à moi, je vous donne rendez-vous pour une prochaine interview en série ! N’hésitez pas à me dire si vous aimez cette rubrique, le travail de Marie Audo ou bien encore … plein d’autres choses ! :p

 


Vous avez aimé cet article et vous souhaitez suivre les suivants :

 

Partager l'article :

Plus d'articles

13 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    15 mars 2018 at 15 h 43 min 

    Merci pour ton retour Marie Audo !
    Je ne vois pas ça du tout en rose, et ce sur plusieurs écrans différents, essayes plutôt de retenter un calibrage de ton écran, il y a dû avoir un souci. 🙂

  • Marie Audo
    15 mars 2018 at 14 h 13 min 

    Merci à tous et à toutes pour vos commentaires, je me suis bien amusée avec cette série et cette interview, et ça me fait très plaisir de lire vos retours ! Même si j’ai calibré mon écran depuis et que du coup je ne vois plus mes photos sous le même angle, tout est rose ! Je ne sais pas si ça vous fait le même effet sur vos écrans, mais je vais tout retraiter, c’est trop frustrant !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    6 mars 2018 at 22 h 44 min 

    Merci Esther ! Marie Audo m’a dit qu’elle n’avait pas utilisé de flash, incroyable ce superbe rendu ! 🙂

  • Esther
    6 mars 2018 at 21 h 02 min 

    Merci Anne pour cette nouvelle découverte, l’interview est très intéressant et donne envie d’aller découvrir l’univers de Marie. La lumière est la clé, elle l’utilise parfaitement. La série est originale (pas facile !!) avec une pointe d’humour, j’adore la première !! le portrait avec le chat est craquant 🙂

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    28 février 2018 at 15 h 09 min 

    Merci Delphine ! Contente que tu aies aimé l’interview ainsi que son style ! 😀

  • Delphine
    28 février 2018 at 11 h 20 min 

    Bonjour Anne et Marie
    Alors vraiment bravo à Marie pour la réalisation du défi. À sa place je ne suis pas sure que je m’en serai sortie aussi bien !
    Merci Anne de continuer à nous faire découvrir des univers photos aussi variés. Moi j’accroche tout de suite au style de Marie. J’aime beaucoup ! La photo de profil en tout début d’article est vraiment top, elle donne envie de la rencontrer. Et puis, ces paroles dans l’interview font vraiment écho à ce dont je suis persuadée, notamment sur la place donnée au post-traitement, de la façon de se chercher et d’évoluer dans la photographie jusqu’à essayer d’en vivre vraiment.
    Bref ! Une belle rencontre virtuelle !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    27 février 2018 at 19 h 48 min 

    Merci Amor pour ton passage et ton avis ! 😀

  • amor
    27 février 2018 at 18 h 38 min 

    Une photographe rafraichissante, moi j’aime beaucoup la nourriture et beaucoup la photo donc je devrais aimer les photos culinaires. Finalement j’accroche pas… les gouts et les couleurs …
    J’adore le portait avec le chat magnifique et bravo pour l’orange et textile remarquablement traité les idées sont bonnes et la réalisation réussie.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    27 février 2018 at 15 h 07 min 

    Merci pour elle Donlope ! 😀 Ah oui, une bonne photo culinaire, ça te ferait presque aimer un truc que tu détestes ! lol

  • donlope
    27 février 2018 at 11 h 28 min 

    Merci beaucoup pour cette interview, c’est encore une fois super instructif.
    J’adore la photographie culinaire et j’ai même pas mal de livres de cuisines à cause (ou grâce :)) à ça!
    Les photos que je vos me donnent envie d’aller plus loin dans la découverte et le défi est relevé haut la main! Très belle qualité de lumière sur ces photos!
    Bonne semaine!

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    26 février 2018 at 23 h 20 min 

    Merci Chris et Anne pour vos commentaires, en attendant le passage de Marie Audo ! 🙂

  • Anne
    26 février 2018 at 20 h 44 min 

    Bravo, parce que « orange et textile », c’est encore une idée bien tordue ;-)! L’éclairage et le choix des textures sont très réussis!

  • Chris
    26 février 2018 at 20 h 23 min 

    Je viens de lire ton interview avec grand intérêt. C’est toujours un réel plaisir de découvrir de nouvelles personnes qui ont la même passion que la mienne.
    J’aime beaucoup le style de Marie et surtout son autoportrait !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.