Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Illuminations de Noël à Paris

 

Pendant la période des fêtes de fin d’année, quoi de mieux pour les photos que les illuminations ? Celles des Champs-Elysées sur Paris restent visibles jusqu’à la première semaine de janvier, de quoi satisfaire les retardataires (comme moi par exemple !), nos sommes le 05, l’avant-dernier jour. Ces illuminations avec ces cercles lumineux de couleurs ont fait débat à ce qu’il paraît. Personnellement je les trouve très sympas, ça change de ce qu’on peut voir d’habitude, donc ça permet aussi de faire des photos qui sortent un peu de l’ordinaire. Ces photos ont été prises en JPG, je ne m’étais pas encore mise au RAW. Par contre, aux alentours de cette période, je ne shoote plus jamais en mode automatique. Cette séance a été l’occasion de tester mon nouvel objectif, un 35 mm :

 

Voici donc ces fameux cercles lumineux qui changent de couleurs au fil des minutes :

Cercles

 

J’ai flashé sur l’effort de décoration des vitrines de l’avenue, les boutiques se sont bien appliquées, voici une vitrine de chez Vuitton :

Sac suspendu

 

De mémoire cette décoration de vitrine était pour la banque HSBC, je trouvais cette statue imposante, et j’ai réussi à la prendre avec le reflet des cercles lumineux ce qui lui donne comme des pouvoirs magiques :

Statue magique

 

En ces temps froids, quoi de mieux qu’une bonne petite crêpe bien chaude voire des churros. Ce petit chalet en bas de l’avenue a su me convaincre :

À l’ancienne !

 

Même les fêtes de Noël peuvent avoir leur face cachée, on ne pense pas assez à l’exploitation des petits bonhommes pain d’épice ( 🙂 ) :

Envers du décor

 

Ce chalet proposait de petites boules lumineuses en guirlande. Dans l’allée il y avait plusieurs chalets qui proposaient ce genre d’articles, j’ai l’impression que le marché de Noël des Champs est devenu très mercantile, même si je n’y suis pas allée dans les toutes premières années et ne peux donc dire avec certitude si c’était comme ça avant :

Guirlandes

 

Sur la place de la Concorde, la grande roue, toujours aussi belle et lumineuse. Par ce temps, il n’y avait que quelques courageux qui bravaient le froid en « altitude » :

Portion de roue

 

Place de la Concorde également, un artiste de rue en pleine représentation. Il semble chercher sa pyramide :

Pharaon parisien

 

Rue de Rivoli pour finir cette session, un street art humoristique sur papier découvert en chemin :

Marianne

 


Vous avez aimé cet article et vous souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.