Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Finistère – Pays de Concarneau

Pour la suite de la balade dans le Finistère, je vous propose de découvrir le pays de Concarneau. La ville a été mon lieu d’hébergement durant tout mon séjour, j’ai eu l’occasion de l’arpenter à de nombreuses reprises. J’ai pu me rendre plusieurs fois à la ville close, souvent le soir quand il n’y avait presque plus personne. J’ai visité le château de Kériolet, à 10 minutes au nord de la ville et j’ai pu profiter du sentier côtier, fort joli. Je vous emmène aussi à Pont-Aven, ville célèbre pour ses galettes et à Névez, une grande localité qui accueille de charmantes petites maisons aux toits de chaume, une anse sublime et une plage surnommée « Tahiti ». Pour un récap’ en vidéo du séjour, c’est juste en dessous ! 🙂

Date du séjour : 6 au 17 Juillet 2020

Pays : France

Région administrative : Bretagne

Préfecture : Quimper

Population : 909 028 habitants (2017)

Superficie : 6 733 km²

Point culminant : Roc’h Ruz (385 m)

Climat : Tempéré océanique

Pont-Aven

Pont-Aven est une petite ville du Finistère qui se situe à une vingtaine de kilomètres de Concarneau, elle est principalement célèbre pour ses galettes. La recette daterait de 1890, issue probablement d’un accident de cuisine à la boulangerie Penven. Vous pouvez les retrouver sous le nom « Traou mad », qui veut dire « les bonnes choses » en français. La ville est surnommée « la cité des peintres », Gauguin ainsi que de nombreux autres peintres y ont séjourné. Je me suis garée légèrement à l’extérieur du centre-ville, au nord, j’ai pu traverser le bois d’amour, un endroit qui surplombe la rivière Aven. Entre arbres, eau et petites maisons de pierre, je vous conseille d’y faire un tour, c’est tout à fait charmant. Le centre-ville abrite plusieurs biscuiteries, vous aurez l’occasion de remplir votre coffre (et votre estomac) de « bonnes choses ». On retrouve plusieurs vieux moulins dans Pont-Aven, il y en avait bien plus avant. L’Aven se jette dans la mer quelques kilomètres au sud à hauteur de Port Manec’h. Vous pourrez voir quelques bateaux stationnés sur la rivière, une longue rue longe le port, on y retrouve quelques boutiques et pas mal de crêperies. Pour les amateurs d’art, le Musée des Beaux-Arts vous accueille depuis 1985, il est situé légèrement à l’est du centre-ville. Pont-Aven est une très jolie petite ville animée et pleine de gourmandises. Bien que l’on retrouve à peu près les mêmes produits bretons dans toutes les biscuiteries de la région, il est toujours intéressant de se rendre dans la ville d’origine des fameuses galettes qui a bien d’autres choses à offrir.

Névez

La ville de Névez (« nouveau » en breton) est délimitée par la commune de Pont-Aven (au nord), l’Aven (à l’est), l’océan Atlantique (au sud) et par la commune de Tregunc (à l’ouest). Elle est peuplée d’un peu moins de 3 000 habitants répartis sur de nombreux hameaux. Le bourg est encore une fois loin de la mer, une caractéristique locale. Les premiers bretons craignaient probablement les pirates saxons. Le hameau de Port Manec’h est une station balnéaire réputée dans le secteur. On peut également se rendre à Kercanic et Kerascoët, deux hameaux qui abritent des chaumières ou bien encore à la plage de sable fin de Raguénez ou à l’anse de Rospico. La ville abrite des dolmens (sur une propriété privée), un cairn (amas artificiel de pierres) sur l’île de Raguénez et une stèle gauloise protohistorique devant l’église du bourg.

Kercanic & Kerascoët

Kercanic et Kerascoët abritent de très belles maisons aux toits de chaume superbement conservés. Les chaumières font parties de l’habitat traditionnel breton. On retrouve également des chaumières en Europe du nord et en Europe de l’Ouest. Le toit de chaume, tout comme le toit en ardoise, fait parti du patrimoine local. Le hameau de Kercanic est plus petit que celui de Kerascoët, si vous ne deviez en faire qu’un, cela serait plutôt ce dernier qui abrite également un petit café et quelques beaux exemples de pierres debout. Ce sont de grands blocs de granit destinés à monter les murs des maisons et des enclos. On retrouve également de jolis puits et des hortensias à foison (comme partout en Bretagne). Si vous comptez louer des vélos, vous pourrez facilement aller de Kercanic à Kerascoët, distantes seulement de 3 km. La côte n’est pas loin non plus. Les routes sont peu fréquentées, la balade devrait être agréable.

Anse de Rospico & Plage de Tahiti

Non loin des hameaux de Kercanic et de Kerascoët se trouve un lieu superbe, l’anse de Rospico. On y trouve une petite plage étroite. Début juillet, il n’y avait pas trop de monde, c’était très agréable. Je ne suis pas très baignade (je suis très frileuse), alors je me suis posée un petit peu pour goûter à une des spécialités de la maison Larnicol, les Kouignettes. Ce sont en fait de petits kouign-amann. C’est plutôt bon, mais ça ne surpasse pas le modèle d’origine. Après cet interlude gourmand, je prends le sentier côtier en direction de la plage de Raguénez, dont une partie est surnommée la plage de Tahiti. Elle doit son nom à ses eaux turquoises et à son sable fin ainsi qu’à une ancienne paillote. Le sentier côtier vous conduira également jusqu’à l’île de Raguénez où se trouve un retranchement protohistorique, un ouvrage fortifié, qui ne se visite pas mais peut s’apercevoir tout de même. Vous aurez aussi une très jolie vue sur l’archipel des Glénan.

Concarneau

Concarneau est la 3ème ville du département (par sa population – 19 050 habitants en 2017), elle est située au sud du Finistère, à un peu moins de 20 km de Quimper, la préfecture. Elle fait partie de la région historique de la Cornouaille. La ville s’est constituée au Moyen-Âge à partir de la ville close (je vous en parle un peu plus bas) située dans l’estuaire du Moros (fleuve côtier). Les plus importantes plages sont sur la côte ouest, comme la plage des dames ou bien encore la plage des sables blancs. Ce secteur est essentiellement balnéaire, on y retrouve aussi le centre-ville actuel. Dans la partie nord de la ville, on atteint 106 mètres d’altitude et on y retrouve le château de Kériolet (je vous en parle également plus bas). A Concarneau, vous pourrez visiter une partie de la station de biologie marine, appelée Marinarium, vous découvrirez la faune et la flore marines locales. J’ai eu la chance d’être logée dans le Rouz, un vieux quartier de la ville, qui se trouve à l’est de la ville close. On y retrouve de jolies petites maisons traditionnelles, le quartier est très calme. L’accès à la ville close se fait via le bac, il est à 2 minutes à pied du Rouz. La location était très jolie et la propriétaire très sympathique, j’ai beaucoup apprécié passer mon séjour chez elle. En partant vers l’ouest ou l’est, vous trouverez forcément le chemin côtier. En effet, c’est un chemin qui fait tout le tout du littoral breton, son vrai nom est GR34 mais il est également connu sous le nom de sentier des douaniers. Il est long de plus de 2 000 km, depuis l’îlot rocheux et la baie du Mont Saint-Michel jusqu’à Saint-Nazaire. J’ai décidé d’aller plutôt vers l’est, pour passer par l’ancienne commune de Lanriec. Quoi que vous choisissiez de faire comme partie du sentier côtier, sachez que tout est superbe, les 2 balades devraient vous en mettre plein la vue. J’ai dû marcher près de 15 km aller/retour et je suis passée par des paysages tous très différents les uns des autres. J’ai vu des plages, de petites criques et quelques bateaux abandonnés. Près du Rouz, vous retrouverez l’ancien abri du marin du passage Lanriec, il a ouvert en 1901 et a conservé ses couleurs d’origine. C’était un lieu qui offrait aux marins bibliothèque, salle de jeu, boissons non alcoolisées (un fléau à cette époque) ainsi que des couchages de secours. On retrouve beaucoup d’abris du marin dans les ports mais ces endroits sont devenus moins fréquentés dans les années 50 car les conditions de vie des marins se sont grandement améliorées entre temps.

La ville close

La ville close se situe sur une île ou plutôt une presqu’île car à l’ouest, une route la relie à la côte. Si vous arrivez comme moi depuis l’est, il vous faudra prendre le bac. La traversée coûte 1 € et dure environ 2 minutes (les vélos sont autorisés à bord). Le bac circule jusqu’à au moins 22h30, ce qui laisse quelques possibilités de balades nocturnes. La ville close est une cité fortifiée des 15ème et 16ème siècles, Vauban a fait des modifications au cours du 17ème siècle. Les remparts sont classés Monuments Historiques depuis 1899. Ils se visitent gratuitement, vous pourrez faire presque tout le tour de l’îlot. De là, on a une meilleure vue de la structure de la ville de Concarneau. Au nord, on peut voir quelques chantiers navals, à l’ouest, le centre-ville et le Marinarium, au sud la mer et à l’est, le Rouz. Côté bac, on retrouve l’église Saint-Génolé, qui se remarque aisément à son clocher qui se détache des autres constructions. Côté pont, on pourra admirer le sublime beffroi qui se reflète dans l’eau et qui marque l’entrée dans la ville. Il est équipé d’une horloge, un cadran solaire, une cloche ainsi qu’une girouette en forme de bateau. La ville close est un endroit très touristique, vous y trouverez des crêperies, des boutiques de vêtements, des glaciers ou bien encore le musée de la pêche. Les ruelles et les maisons sont vraiment bien conservées, il est très agréable de s’y balader, l’idéal étant avant la mi-juillet, en hors-saison ou après 19h. Je vous conseille la crêperie Le P’tit Bac, c’est très bon et le personnel est au top. Pour les pauses gourmandes, un arrêt est obligatoire (oui oui, je dis bien obligatoire !) à la Maison du Kouign-Amann. C’est une institution et leur réputation n’est pas usurpée. C’est le meilleur que j’ai jamais mangé. Ce jour-là, il y avait tous les gens en terrasse, j’ai préféré me mettre à l’intérieur et c’était une très bonne idée car j’étais toute seule pour déguster mon gâteau.

Château de Kériolet

Le château de Kériolet est de style néo-gothique, il est inscrit au titre des Monuments Historiques depuis 1984 pour ses façades et toitures ainsi que sa salle de gardes avec sa cheminée avec ses vitraux. L’histoire du château est liée à la Russie. En effet, Charles (ou Henri ?) Chauveau, capitaine d’artillerie chargé de faire des allers et retours entre le Ministère des Affaires Etrangères et l’Ambassade de France en Russie, rencontre la princesse Zénaïde Youssoupoff, extrêmement riche et veuve. Elle s’éprend de lui et décide de l’épouser, ce qui n’est pas sans créer un scandale. Le tsar Nicolas II y consent mais exile la princesse et pose des conditions. Chauveau est fait comte. Il décide de se lancer en politique mais pour cela il doit acquérir une résidence dans la circonscription qu’il convoite. Il achète le château en 1861, le château ayant déjà été remanié à plusieurs reprises. Sur l’aile sud, on peut voir sculptées les couronnes de comtes et de marquis, des fleurs de lys, des hermines de Bretagne ou bien encore des étoiles d’inspiration russe. Le comte de Chauveau décède à 57 ans, en 1882, il avait légué le domaine à sa sœur, mais la princesse Zénaïde le racheta. Elle décida d’en faire don au département du Finistère à la condition de tout laisser en l’état. Elle s’éteint en 1893, sa dépouille fut rapatriée en Russie. Pendant un temps, le château est ouvert au public. Dans les années 50, le petit-fils de la princesse tente de récupérer le château, s’ensuit une grande bataille juridique avec le département, il gagne son procès en 1956 mais se rend compte que le domaine ne lui plait pas. Très vite, les collections sont dispersées et le domaine est morcelé. Il propose à la ville de Concarneau d’acquérir le château mais cela s’éternise. En 1971, la chapelle est détruite, le château se dégrade et la tempête de 1987 emporte la toiture. Un acheteur privé en fait l’acquisition et le restaure, il l’ouvre de nouveau au public. Le château mélange plusieurs architectures, plusieurs styles et l’on retrouve des symboles issus de plusieurs cultures, c’est assez original. J’ai bien aimé la visite, qui ne se fait qu’en version guidée. Les jardins sont également très beaux. Je n’avais jamais entendu parler de ce château, la plupart des gens, visitant Concarneau, doivent surtout aller à la ville close j’imagine.

Carnet pratique

 

Musée des Beaux-Arts de Pont-Aven | Place Julia – 29930 Pont-Aven | 5 €/8 € | Site

Biscuiterie de Pont-Aven | 8 Rue du Général de Gaulle – 29930 Pont-Aven | Site

Marinarium de Concarneau | Quai de la Croix – 29900 Concarneau | 5 € | Site

Ancien abris du marin (Lanriec) | 19 Place Duquesne – 29900 Concarneau | Site

Le P’tit Bac (crêperie) | 12 Rue Saint-Guénolé – 29900 Concarneau

La Maison du Kouign-Amann | 18 Place Saint-Guénolé – 29900 Concarneau | Site

Château de Kériolet | Rue de Stang ar Lin – 29900 Concarneau | 7 € | Site

Le secteur de Concarneau est celui que j’ai eu le plus l’occasion d’arpenter ayant ma location dans la ville. Les paysages de la côte sont sublimes, il y a toujours quelque chose à découvrir, toujours une balade à faire. Pont-Aven est une très jolie ville au bord d’un cours d’eau et on y trouve plein de gourmandises. Le Névez abrite tout un tas de curiosités que cela soit de jolies petites chaumières ou bien encore une plage aux eaux turquoises. Concarneau offre plusieurs visages, la ville close, l’endroit le plus touristique, ou bien encore un sentier côtier dépaysant. Le château de Kériolet est une très bonne surprise peu connue des touristes et le quartier du Rouz est authentique, bien conservé et calme. J’ai beaucoup aimé ce secteur du Finistère, Concarneau est une ville agréable à vivre, pas surpeuplée avec des gens très sympas et plein de petits coins tranquilles. 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

12 Commentaires

  • Cecile
    18 septembre 2020 at 18 h 10 min  - Reply

    Encore des coins magnifiques. Je n’avais pas imaginé Concarneau comme cela je suis très agréablement surprise.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      18 septembre 2020 at 19 h 39 min  - Reply

      Merci Cécile ! Concarneau est vaste, elle a plusieurs visages, il y en a pour tous les goûts ! 😀

  • PascalXLD
    9 septembre 2020 at 8 h 39 min  - Reply

    Une superbe série. J’ai commencé mes vacances cet été dans ce pays de Concarneau et ta série me rappelle de bons souvenirs comme ce sont des endroits que je fréquente régulièrement

    Bonne journée

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      9 septembre 2020 at 9 h 21 min  - Reply

      Merci Pascal ! Ah la chance d’y aller souvent, ça me manque déjà énormément ! 🙂

  • Gilderic
    30 août 2020 at 10 h 58 min  - Reply

    Très belles photos, où domine le bleu. Elles me donnent envie de retourner en Bretagne. Un jour, sûrement.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      30 août 2020 at 17 h 09 min  - Reply

      Merci Gilderic ! C’est toujours un plaisir de revenir en Bretagne ! 🙂

  • Cédric
    25 août 2020 at 13 h 41 min  - Reply

    De la luminosité, des couleurs qui claquent, de la matière et des textures. Le Bretagne dans toute sa beauté 😉
    Une très belle page et séries de photos, j’aime beaucoup et cela me donne envie de retourner en Bretagne, sans aucun doute.

    Merci Anne !

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      25 août 2020 at 17 h 19 min  - Reply

      Merci Cédric ! Et oui, la Bretagne, un vrai petit condensé de météo et de paysages ! 😀

  • eimelle
    24 août 2020 at 20 h 19 min  - Reply

    c’est vrai qu’ils sont superbes! Mais le reste a l’air de valoir vraiment le coup aussi!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      24 août 2020 at 22 h 21 min  - Reply

      Clairement, il y a énormément à voir, on ne se lasse pas une minute ! 😀

  • Anne
    22 août 2020 at 9 h 02 min  - Reply

    Je craque pour les hortensias bleus!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      22 août 2020 at 9 h 30 min  - Reply

      Ça fait toujours son petit effet ! 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.