Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Essonne – Domaine des 3 colonnes (1/2)

Courant février, on m’a proposé de faire une sortie Urbex. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, c’est déjà la contraction en anglais de Urban et Exploration (donc exploration urbaine) et c’est ensuite le fait d’aller visiter de vieux bâtiments à l’abandon voire certaines fois carrément interdits d’accès. Je connaissais la pratique mais ça ne m’avais pas plus tenté que ça en raisons de divers problèmes liés à la sécurité et aussi un peu au fait de ne pas savoir qui on va trouver sur les lieux. J’ai eu la chance d’être guidée par une personne sérieuse et qui avait déjà fait des repérages sur place. Au niveau de la sécurité, il n’y avait donc pas de souci particulier, les endroits vraiment dangereux sont tellement visibles que l’on ne peut pas avoir de mauvaise surprise. Je tiens à vous rappeler que, bien que je donne la localisation (ce n’est pas un secret, le lieu est super connu et va bientôt disparaître), il faut toujours être vigilant quand on pratique l’Urbex. De manière générale, il y a de temps en temps des accidents très graves, il faut vraiment être sûr de ce que l’on fait, être accompagné et ne pas y aller si on ne le sens pas. Nous nous sommes donc rendus au domaine des 3 colonnes dans l’Essonne, sur le territoire de la commune d’Angervilliers. J’ai pris tellement de photos et il y a tellement de choses à voir que l’article sera en 2 parties, aller, c’est parti !

La petite histoire

Tout d’abord, situons la commune d’Angervilliers. Elle se trouve donc dans le département de l’Essonne, à 36 km au sud-ouest de Paris. La ville n’est pas très grande, il y a moins de 1 700 habitants, elle est calme. Pour le domaine des 3 colonnes, c’est un vaste parc avec un bâtiment principal, un ancien manoir [1]. Il y a d’autres bâtiments, mais on verra ça dans le second article. Le manoir a été construit au début du 20ème siècle dans un style anglo-normand. Il y a à l’intérieur 3 étages et une quinzaine de chambres, il est très très grand, on pourrait presque s’y perdre ! Le domaine a eu plusieurs propriétaires au fil du temps. Les bâtiments devraient bientôt être détruits pour laisser place à de nouveaux logements, on ne sait pas encore quand, mais ça devrait être pour 2019 :

Le parc est vraiment très beau, il y a de magnifiques arbres qui ont tous des formes biscornues. J’espère que lors de la construction des nouveaux logements, ils seront épargnés. Non loin, il y a une petite île où se trouvent les fameuses 3 colonnes ainsi qu’une statue (si si, elle est sur la dernière photo à droite). A l’époque de la construction, il devait être très agréable de vivre dans le secteur :

Le manoir se voit de loin, il est imposant. L’extérieur fait encore à peu près bonne figure, si on ne tient pas compte de la végétation qui y a fait son nid. Devant le bâtiment, on trouve une sorte de patio, des restes de statues ou bien encore quelques street arts. Il faut dire qu’on en trouve plein dans ce genre d’endroits, j’imagine que les artistes y trouvent du calme et du temps pour pouvoir s’exercer. Il y a aussi beaucoup de tags, il faut faire le tri :

Dès qu’on entre, ce qui frappe, c’est qu’il n’y a plus de parquets, il a dû être volé il y a bien longtemps. Je n’avais jamais vu ce qu’il y a en-dessous dans ce genre de maisons, c’était l’occasion. Les pièces sont très grandes, on passe par 2 salons qui ont chacun leur grande cheminée. Il y a plusieurs histoires sur le différents propriétaires comme la famille Weisweiller, qui y vécu pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il semblerait qu’ils étaient juifs, quand les nazis sont arrivés, le mari s’est suicidé, et la femme a été déportée à Auschwitz. Est-ce vrai ? Ou est-ce une histoire pour renforcer la légende des lieux ? Allez savoir ! En tout cas, les nazis auraient bien occupé la maison en 1940 :

On arrive dans un 3ème salon, énorme, tout en longueur avec une cheminée gigantesque. On remarque au passage la passion des « habitants » au fil des années pour les champignons ! :p. On croise vraiment de beaux street arts également, comme cette femme pensive. On arrive dans une pièce où le plafond s’est en partie écroulé, on voit que ce qui reste accroché au mur ne tient plus qu’à un fil. Le dernier propriétaire connu était Gustave Leven, l’ancien patron de Perrier, décédé en 2008 et qui n’avait pas entretenu les lieux :

Nous croisons un premier escalier, qui va à l’étage, tout à fait praticable (nous l’emprunterons plus tard, cela sera traité dans le 2ème article) et un autre qui va au sous-sol. Si vous décidez de vous lancer dans ce genre d’aventures, munissez vous d’une lampe torche, celle d’un téléphone portable fait l’affaire. Il vous faudra également une bonne paire de chaussures type randonnée car il y a pas mal de débris au sol. Au rez-de-chaussée nous avons croisé une cuisine dont il ne restait pas grand chose, au sous-sol, il y a encore plein d’éléments. On peut y voir également un passe-plat qui coure apparemment sur toute la hauteur de la maison :

On progresse doucement, étant attentif à tout, aux petits détails comme cette poignée complètement rongée par la rouille. Il fait assez sombre mais on est équipé niveau éclairage. Cette partie abrite des bacs qui servaient surtout au stockage des aliments, il devait bien y avoir une cave à vin j’imagine, plusieurs bouteilles jonchent le sol. Pour ceux qui s’y connaissent un peu en électricité, les installations doivent forcément vous paraître sommaires. On a même croisé le chemin d’un moteur, mais de là à savoir s’il était là à l’origine ou s’il a été apporté par des squatteurs, je ne pourrais pas vous dire. La ville et une association d’habitants sont en désaccord sur l’avenir des lieux, même si les dés sont jetés, cette association regrette que la ville n’ait pas racheté les lieux pour les redonner aux habitants. Ce genre de situation doit se produire assez souvent quand une commune accueille de vieux bâtiments à l’abandon j’imagine. Il aurait été mieux que le manoir soit bien entretenu au fil du temps, complètement retapé il aurait été sublime :

Nous remontons au rez-de-chaussée pour retrouver la lumière du soleil. D’ailleurs, cette journée était très ensoleillée comme vous avez pu le remarquer. Le changement de luminosité entre le sous-sol et l’étage supérieur est éblouissant. Nous allons au bout du manoir, à l’opposé d’où nous sommes arrivés et trouvons de plus petites pièces qui m’ont fait penser à une jungle, la végétation a vraiment fait son trou et les street arts au mur appuient cette idée. Un escalier était là fût un temps, mais ce temps est bien révolu :

Fin de la visite, suite au prochain article ! On a pas mal exploré le rez-de-chaussée et le sous-sol, il y a déjà beaucoup à voir. Cela nous a pris une bonne grosse heure. J’ai beaucoup aimé ce côté exploration, découverte des lieux, c’était très sympa ! j’ai hâte de vous montrer la suite ! Avez-vous déjà fait de l’Urbex ? Si oui, en avez-vous fait beaucoup ? Avez-vous découvert de beaux lieux ? 🙂

Newsletter

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

10 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    24 avril 2019 at 23 h 51 min 

    Merci « La Poze Travel » ! 🙂

  • LA POZE TRAVEL
    24 avril 2019 at 21 h 58 min 

    Ce genre d’endroit est vraiment très joli. Les photos sont tops.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 avril 2019 at 19 h 29 min 

    Merci Emmanuel ! 🙂 Les photos nous permettent de nous imaginer les lieux ! 🙂

  • Emmanuel
    18 avril 2019 at 16 h 24 min 

    Superbe série de photos urbex. Un endroit abandonné qui devait être superbe il y a encore quelques années mais tu as su lui redonner un peu vie à travers ton regard.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 avril 2019 at 11 h 54 min 

    Merci Cécile ! Eh oui, surtout en étant une fille, cela explique pourquoi je n’en ai pas fait avant ! J’étais avec 2 hommes, donc c’est tout de suite bien plus sécurisant ! Quand on cherche sur le net, on trouve plein d’adresses même si le milieu n’est pas souvent enclin à donner les localisations, ce que je peux comprendre. Après, il est vrai qu’il faut connaître d’autres personnes qui sont tentées pour ne pas y aller toute seule.

  • Cecile
    18 avril 2019 at 10 h 35 min 

    C’est une super expérience qui me tenterai bien mais je ne me vois pas y aller toute seule (déjà parce que je suis une grosse trouillarde et pour toutes les raisons que tu évoques plus haut) Mais accompagnée d’un expert franchement oui je foncerai direct. Pour les photographes c’est un paradis une vraie sources d’inspiration. Il y ajuste a côté de chez moi une ruine d’un vieux château (en fait c’est plus une grosse maison) on peut s’en approcher mais il est grillagé et sous vidéo surveillance impossible de rentrer à l’intérieur. J’avais fait des photos il y a quelques temps mais juste de dehors. C’est ma seule expérience en urbex 🙂
    En tout cas, tes photos sont magnifiques c’est vraiment top !! Merci à toi de nous avoir fait découvrir ce lieu et ce monde un peu à part de l’urbex.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 avril 2019 at 9 h 52 min 

    Merci Anne ! Il suffit d’être bien renseigné et entouré et évidemment d’être prudent et j’y trouve surtout un intérêt historique et architectural ! 🙂

  • Anne
    18 avril 2019 at 7 h 03 min 

    Plein de mes copains photographes en sont fan, moi, pas du tout, ça me met hyper mal à l’aise. Même si les photos sont très réussies!

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    17 avril 2019 at 23 h 53 min 

    Merci Esther ! Je n’avais même pas fait le rapprochement, cet article était dans les tuyaux avant l’événement. Certaines pièces ont effectivement des airs de temple, tout à fait d’accord ! 😀

  • Esther
    17 avril 2019 at 20 h 18 min 

    Très intéressant, ça valait le coup de tenter l’aventure. Ton article résonne particulièrement, suite à l’embrasement du toit de Notre Dame… la pierre n’est pas éternelle quand elle n’est pas entretenue, on finit par l’oublier. Et la nature reprend si vite ses droits. Cela fait aussi réfléchir sur l’impact de l’humain. Bref, je philosophe un peu trop !! j’aime particulièrement les photos où les lianes attaquent (ou enveloppent, selon notre vision) les vielles pierres, comme dans un temple abandonné dans la jungle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.