Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Bratislava – Le château

Lors de notre séjour de 2 semaines cet été à Budapest (Hongrie), nous avons eu l’occasion de bouger un petit peu. Nous sommes tout d’abord allés visiter la jolie petite ville de Szentendre (toujours en Hongrie) et avons continué, plusieurs jours après, en nous rendant à Bratislava, la capitale de la Slovaquie. Par le train, c’est plutôt simple, la durée du trajet est d’environ 2h30/2h40, alors pourquoi s’en priver ? De plus, le billet aller/retour nous est revenu à 17,50 € par personne, ce qui est bon marché. Nous avons voyagé dans un train de type Corail mais avec un confort quasi similaire à un TGV. Nous avons juste eu un peu de mal à comprendre de quelle gare grandes lignes partaient les trains pour Bratislava (Keleti), mais après ça a été. Nous avons même pris le temps d’y aller 4/5 jours avant pour prendre les billets, il faut réserver, donner uniquement le jour du voyage et après on peu prendre les trains que l’on souhaite, il y en a 9 dans les 2 sens chacun tout au long de la journée.

 

La petite histoire

La Slovaquie est indépendante depuis 1993, avant cela, elle formait avec l’actuelle République Tchèque, la Tchécoslovaquie. Les 2 langues se ressemblent et quand on connait un peu les 2 pays, on voit quelques similitudes. Par exemple, à Prague, il y a une ancienne double numérotation pour les numéros dans les rues, et bien je l’ai retrouvé également à Bratislava. La capitale est la plus grande ville du pays, avec environ 420 000 habitants et est traversée par le Danube. Au cours de son histoire, la Slovaquie a fait partie de la Hongrie, avant la création de la Tchécoslovaquie en 1918. L’ancien nom de Bratislava est Pressbourg jusqu’en 1919. Le climat est continental et l’altitude faible (134 m) :

 

Nous sommes arrivés par la gare de Bratislava Hlavná Stanica [1], qui est la gare centrale. Elle se trouve au nord du centre historique à 15 minutes à pied, ce qui est tout à fait raisonnable pour une visite d’un jour, ce que nous avons fait. Même si l’on n’a pas le temps de tout visiter en profondeur, on peut visiter le centre historique ainsi que le château [2], ce qui permet d’avoir une première vue d’ensemble convenable sur ce secteur. Il y a des bus au départ de la gare, mais nous avons préféré marcher pour voir autre chose que le centre historique :

Little Big Country

 

Sur le chemin pour nous rendre au château, nous avons croisé le Palais Grassalkovitch qui est en fait le palais présidentiel. C’est l’édifice baroque le plus grand du pays, il fût terminé en 1760 et derrière se trouve un grand jardin à la française. Il a eu plusieurs fonctions au fil du temps et devient le résidence officielle du président de la République Slovaque en 1996 :

Palais Grassalkovitch

 

Tout en haut d’un colline se trouve le château (oui, c’est mieux en général pour que le château soit défendu). L’ascension est assez sportive, surtout par plus de 30°C ! Le début de la construction du château date du 10ème siècle :

 

Il a connu plusieurs périodes en terme de style. Entre 1552 et 1562, Ferdinand Ier donna l’ordre de reconstruire le château dans le style Renaissance. Il fut le château principal du Royaume de Hongrie de 1531 à 1783 :

Château ex-hongrois

 

Une fois l’ascension terminée, on a une très belle vue sur l’Autriche et à ce qu’il parait on peut même voir Vienne et la plaine de Hongrie. Tout en haut du pont se trouve un restaurant qui ressemble fort à une soucoupe volante, c’est un symbole de la ville. Tout en haut du chemin on trouve une porte sur les remparts, il en existe d’autres. En contre-bas, on a donc une vue plongeante sur le Danube :

 

Le château est facilement reconnaissable à ses 4 tours (dont une est visible sur la photo de gauche). Elles se retrouvent même sur certaines des pièces (10, 20 et 50 cents d’euro). En 1811, un incendie ravagea presque tout le château. Entre cette date et 1953 il est laissé à l’abandon et s’est beaucoup détérioré. A partir de 1953 et jusqu’en 1968, il fut reconstruit dans sa forme originale (avant incendie), l’intérieur par contre ne ressemble plus vraiment à ce qu’il était à l’époque :

 

De 2008 à 2010, une dernière restauration fut entreprise. A l’intérieur, des décorations en stucs et des dorures ont été ajoutées à l’escalier d’honneur et les lieux de représentation ont été finalisés :

Stucs et dorures

 

Ces escaliers sont à tomber, j’ai trouvé ça grandiose ! Cette décoration se poursuit jusqu’en haut. Le tapis rouge donne une bonne touche de couleur qui relève le tout :

 

Depuis le rez-de-chaussée, on peut encore plus apprécier la perspective vers le haut du bâtiment. C’est un blanc immaculé qui illumine tout le château :

Château immaculé

 

Les salles au rez-de-chaussé sont très épurées, il y a quelques kakemonos pour présenter l’histoire du château au fil du temps et de ses nombreuses transformations. Dans les étages, on retrouve par exemple une petite salle de concert avec cet orgue. La salle est très moderne, tout est propre. A chaque étage du château, il y a des toilettes spacieuses, cela vient du fait que la rénovation est plutôt récente, ils ont pu penser en amont aux commodités et autres installations modernes :

 

On retrouve des petites expositions un peu partout, toujours en lien avec le château bien évidemment. Une maquette nous permet de mieux comprendre l’agencement de la colline et de son château. De beaux bijoux siègent dans des vitrines présentées dans une pièce sombre, il y a également des poteries. Tous ces objets ont été trouvés non loin du château :

 

Une pièce porte sur des poteaux de grandes fresques chronologiques sur l’histoire du pays. Différents événements importants y sont exposés, on peut tourner les poteaux pour découvrir d’autres informations :

Informations tournantes

 

Si on a de bons mollets, on peut grimper tout en haut du château, on peut voir le toit avec les 4 tours qui le compose. On a également une très belle vue sur le Danube, et la partie qui concentre de belles maisons (il y a un côté, en direction de l’Autriche où l’on peut voir beaucoup de barres d’immeubles datant de l’ère communiste, c’est moins glamour !) :

 

A droite, l’un des escaliers bien raides que l’on emprunte pour accéder aux toits du château. A un autre étage, nous avons croisé une exposition temporaire sur la vaisselle et plus particulièrement le cristal à travers plusieurs décennies, au gré des modes :

 

Il y a aussi de petits escaliers qui descendent et qui nous mènent à une réplique de la couronne de Saint-Etienne (premier roi de Hongrie) alias la Sainte Couronne hongroise qui est l’un des attributs de la souveraineté hongroise. L’originale est exposée sous la coupole du parlement à Budapest, protégée par la garde républicaine (article à venir, mais sans photo car elles sont strictement interdites à cette endroit du parlement). La croix au-dessous est penchée, cela n’est pas d’origine, mais on raconte que lors d’un bouleversement politique, la rein Isabelle voulut emporter la Sainte Couronne, mais elle l’a mise dans un coffre trop étroit, qui, en le fermant, appuya sur la croix. Depuis la couronne est restée dans cet état, les hongrois ayant voulu conserver ce défaut accidentel :

Croix tordue

 

La visite du château se fait largement sur une demie journée. La matinée s’achève donc, et nous empruntons ces jolies petites rues pour redescendre la colline du château et rejoindre la vieille ville, mais ça, ça sera au prochain épisode :

 

Carnet pratique

Château de Bratislava | 811 06 Bratislava | 8 € | Site

 

Cette première partie de notre balade slovaque vous a-t-elle plu ? Le château est imposant et la décoration à l’intérieur est très caractéristique. Les petites rues commencent à peine à dévoiler leurs charmes, pour en savoir plus, rendez-vous dans l’épisode 2 ! 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

10 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    20 décembre 2017 at 11 h 35 min  - Reply

    Merci Gilderic !
    La rénovation est vraiment très récente alors. C’est sûr qu’avec des murs gris ça ne doit pas être pareil.

  • Gilderic
    20 décembre 2017 at 10 h 59 min  - Reply

    La dernière fois que je suis allé à Bratislava (8 ans déja !), le château avait bien moins belle allure. Les murs gris, l’intérieur défraîchi. Il faisait pâle figure par rapport à ceux de Budapest et de Prague. Quelle transformation !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 décembre 2017 at 19 h 44 min  - Reply

    Merci Amor ! La rénovation du château est très récente effectivement, tu as sans doute vu une autre décoration. 🙂

  • Amor
    18 décembre 2017 at 17 h 45 min  - Reply

    Jolie cette visite, je n’ai plus grand souvenir du château si ce n’est de la belle vue sur le Danube, les intérieurs j’ai oublié mais je pense qu’ayant visité la Slovaquie avant 2000, ce n’était pas si clinquant. Ça bille fort et c’est impressionnant, le tapis rouge avec ces murs blancs ça en jette.

    J’aime beaucoup la photo stuc et dorures avec ces visiteurs perdus dans le décor.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    15 décembre 2017 at 9 h 52 min  - Reply

    Merci Esther !
    La vitrine était bien en suspension, rien en bas, tenue par des câbles ! 🙂
    Ah oui les Bratisla Boys, je m’en souviens. Par contre la chanson d’Alice Donna, je ne connaissais pas du tout, merci pour la découverte ! 🙂
    De rien pour les anecdotes, j’aime effectivement beaucoup celle sur la croix de la couronne ! 😀

  • Esther
    14 décembre 2017 at 20 h 11 min  - Reply

    Sacré château ! Ce blanc immaculé et ces perspectives, le doré et le rouge de l’escalier, ça en jette !
    J’adore « stucs et dorures », impressionnant, surtout avec ces deux petits visiteurs (à un poil près, tu les ratais!) Au moins il n’y a pas foule…
    Ta photo de la vitrine est superbe, on la dirait en suspension, bravo.
    Bratislava, ça m’évoque des drôles de trucs, genre une chanson débile à l’été 2002 par les Bratisla Boys, ou une chanson d’Alice Donna, le jardinier de Bratislava, qui évoque le printemps de Prague. Je ne m’en souvenais plus, mais je l’ai retrouvé en cherchant Bratislava !! l’interprétation est datée, mais les paroles sont sympas. http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Alice_Dona/Le_jardinier_de_Bratislava
    Merci pour les petites anecdotes (comme la croix tordue) 😉

  • Chris
    12 décembre 2017 at 12 h 45 min  - Reply

    Quel bel article ! Ce château me fait penser à celui de Cracovie par son architecture extérieure. L’intérieur blanc est splendide !!!
    Vivement la suite…. 😉

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      12 décembre 2017 at 13 h 59 min  - Reply

      Merci Chris ! Ah, je ne connais pas Cracovie, mais c’est une destination qui me tente beaucoup ! 🙂

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    11 décembre 2017 at 22 h 28 min  - Reply

    Merci Anne pour ton passage ! 🙂

  • Anne
    11 décembre 2017 at 20 h 32 min  - Reply

    Je suis assez fan de ces stucs et dorures… juste ce qu’il faut d’élégance!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.