Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Berlin – Ku’damm, tuyaux & métro

Aujourd’hui, un nouvel article sur Berlin, on continue l’exploration. Nous allons nous arrêter sur une avenue commerçante dont je n’avais jamais entendu parler, le Kurfürstendamm, longue de 3,5 km, elle traverse 3 quartiers puis nous visiterons l’église du souvenir, enfin une partie seulement et pour finir on parlera tuyaux (non non, je n’ai pas fait une reconversion dans la plomberie) et métro !

La petite histoire

L’avenue Kurfürstendamm, appelée en abrégé Ku’damm (bah oui c’est sacrément long comme nom quand même !), était au 16ème siècle un chemin de rondins (Damm) qui servait de piste cavalière pour le prince-électeur (Kurfürst) Joachim II Hector de Brandebourg. C’est en 1873, que le chancelier Otto von Bismarck a l’idée de développer la route sous la forme d’un grand boulevard. Aujourd’hui, on y retrouve des boutiques de luxe, des cinémas, des cafés, des restaurants et des théâtres :

Nous décidons d’arriver sur l’avenue par la station de métro Adenauerplatz (ligne 7) [1], nous n’allons pas la parcourir en entier mais faire bien les 2/3 de l’ouest vers l’est. A la sortie du métro, nous sommes accueilli par un Buddybär (on en reparlera dans un autre article), une sculpture d’ours avec le nom de l’avenue. On croise effectivement beaucoup de boutiques de luxe, le Kurfürstendamm est même qualifié de « Champs-Elysées allemands » ! Au 19ème siècle, quand le Kurfürstendamm devient une grande avenue, on y retrouvait beaucoup de logements résidentiels mais le boulevard a rapidement évolué vers un centre commercial et un centre de divertissement. Ce développement atteint son apogée au temps de la République de Weimar dans les années 1920. Après la prise de pouvoir des nazis en 1933, ce secteur devient le théâtre de bon nombre d’attaques antisémites et atteint son point culminant avec la Nuit de Cristal le 9 Novembre 1938. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, plusieurs lieux et endroits de l’avenue ne sont pas épargnés par les bombardements. On croise la route d’une enseigne de BMW au look improbable mais également un système pour les passages piétons que je n’ai vu que là. Sous le bonhomme rouge, un dessin de passage piéton nous indique le temps qu’il reste pour traverser avec les barres blanches du passage qui disparaissent au fur et à mesure, pratique :

J’ai bien aimé certaines façades très travaillées, riches en détails. Je vous en propose quelques unes ici ! Du temps du Mur, le Kurfürstendamm était le centre commercial de Berlin-Ouest et était connu comme la vitrine de l’Ouest à proximité directe du Rideau de Fer. Sur l’avenue, de grandes manifestations sociales ont lieu en 1968. C’est également sur cette avenue, plus précisément à son extrémité est, sur la Breitscheidplatz (où se trouve l’église du souvenir), qu’a eu lieu le 19 Décembre 2016 un attentat, non loin d’un marché de Noël :

Nous arrivons à la fin de Ku’damm, sur la place Breitscheidplatz, l’ancien centre de Berlin-Ouest, où se trouve l’église du souvenir [2]. Avant de nous y rendre, nous passons devant le Zoo Palast, un grand cinéma. Initialement construit en 1915, il fût, à de nombreuses reprises, reconstruit. En 1925, il a été repris par l’UFA (une société de production cinématographique) où il vit d’ailleurs la projection de grands films de l’époque comme Metropolis de Fritz Lang en 1927. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il fût partiellement détruit par un raid aérien en 1943 et fût finalement démoli en 1955. Vers 1956/1957, il ressort de terre avec 2 salles. Dans les années 70 et 80 il a été étendu à 9 salles. La façade est composée de mosaïques et d’affiches peintes à la main, elle est maintenant un bâtiment classé. De 1957 à 1999, il était le cinéma principal pour la Berlinale (festival international de cinéma de Berlin) puis plus tard, seulement pour quelques avant-premières. De 2010 à 2013, il fût encore fermé pour rénovation (et il y eut un souci avec une fin de bail apparemment), les salles principales ont été refaites, des ajouts et des mises à jour des matériels de projection ont également été réalisés. Nous arrivons devant l’église du souvenir. C’est ce bâtiment dont il manque une très grosse partie de sa tour centrale. On ne peut pas la visiter car ce qui reste là est le résultat d’un bombardement durant la Seconde Guerre Mondiale. On peut entrer dans la nouvelle partie, ce bloc avec plein de tous petits vitraux avec une structure de forme octogonale. A l’intérieur c’est très surprenant, les vitraux teintent les lieux d’une lueur bleue. La construction de l’église d’origine a lieu de 1891 à 1895 pour rendre hommage au premier empereur allemand, Guillaume 1er mais également en l’honneur de la victoire des allemands sur les français à Sedan en 1870. Après le bombardement, l’église a été gardée en l’état, une volonté des berlinois, pour se souvenir. Sa flèche mesurait 113 mètres de haut ! La nouvelle église fût construite de 1959 à 1961, suite à un concours d’architecture, le gagnant est Egon Eiermann. Initialement, l’ancienne église devait être complètement détruite, mais les habitants y étaient opposés. Les vitraux de ce bâtiments sont l’œuvre de Gabriel Loire, un maître-verrier établit à Chartres. A l’intérieur, on retrouve également une croix, constituée de clous provenant de l’ancienne cathédrale de Coventry (Royaume-Uni), détruite par les bombes des nazis. Une croix iconique orthodoxe russe peut également être observée ainsi qu’une illustration connue sous le nom de « Madone de Stalingrad ». Nous ne l’avons pas pu, elle est actuellement en restauration. Cette nouvelle église est surprenante mais c’est en ressortant et en voyant les restes de l’ancienne église que l’on mesure l’impact qu’elles ont toutes les 2, côte à côte :

Partons maintenant de ce secteur et attardons-nous sur une étrangeté de Berlin, les tuyaux ! Et oui, pour qui s’y balade un peu, il y a des choses que l’on remarque de suite, mais dont on ne comprend pas vraiment l’utilité. Des tuyaux courent sur plusieurs centaines de mètres, s’enfoncent dans le sol ressortent plus loin, on s’interroge, on pense même à des œuvres d’art très conceptuelles. On continue nos balades au fil des jours, et puis à un moment, ça ne peut plus durer, on se saisis de nos téléphones portables et on fonce sur le net pour comprendre. On en retrouve des bleus et des roses, et ils ont une fonction pratique. Leur couleurs est là pour égayer un peu tout cela, car ils servent à évacuer l’eau lors des divers chantiers de la ville. En effet, le sol de Berlin étant très sableux et les nappes phréatiques étant situées à de très faibles profondeurs, il est donc nécessaire d’acheminer le surplus d’eau vers des endroits plus cléments, comme la Spree (rivière de la ville) ou bien encore vers des canaux ou des lacs :

Au bout de quelques jours de balade dans la ville, vous devriez logiquement atterrir à un moment ou à un autre à la gare centrale (Hauptbahnhof) [3]. C’est un très joli bâtiment moderne, un gros nœud de transports. Elle ouvre en 2006 et est la plus grande gare européenne de part sa taille. Il aura fallu 11 ans de travaux pour cette gare qui voit passer quotidiennement 1 200 trains. Une bonne partie des trains de grandes lignes y transitent mais on y retrouve également du S-bahn (équivalent train de banlieue) et du U-bahn (métro). En haut, on retrouve cette superbe verrière qui rend la gare très lumineuse. La gare centrale a été construite sur l’emplacement de l’ancienne gare de Lehrte, on se trouve dans le quartier de Moabit. Petite particularité des gares berlinoises, elles sont des gares de transit pour les trains de grandes lignes, à l’opposé des gares parisiennes qui sont des gares de terminus. Quand dans Paris, il y a énormément de quais, pour pouvoir accueillir les trains en stationnement prolongé, à Berlin, il y en a beaucoup moins puisque les trains restent à peine quelques minutes. Je vous mets la photo d’un très vieux plan de métro mais n’a rien à voir avec la gare centrale. On retrouve ce plan dans plusieurs stations de métro et son aspect très ancien peu interpeller. En effet, il représente le réseau du temps du Mur. La ligne épaisse qui vient du nord et part au sud-est est le tracé du Mur. A l’intérieur de ce trait (à droite, donc Berlin-Est), on peut voir, principalement pour la ligne 8 (qui traverse la ville du nord au sud) qu’il y a des stations qui sont marquées d’une croix. Ces stations étaient dans la zone de Berlin-Est, mais la ligne avait son départ et son arrivée en zone Ouest. Les personnes qui désiraient se rendre dans la partie sud de Berlin-Ouest et habitant (ou travaillant) dans la partie nord de Berlin-Ouest devant emprunter cette ligne. Mais pour les soviétiques, il était hors de question de s’arrêter aux gares qui appartenaient à Berlin-Est. Les trains ne marquaient donc pas l’arrêt dans ses gares symbolisées d’une croix. Nous nous sommes d’ailleurs rendus compte que Heinrich-Heine-Straße, la station où nous descendons pour rejoindre notre location, était ce que l’on appelait une « station fantôme ». Ces stations étaient extrêmement bien gardées pour que personne à Berlin-Est n’ai l’idée de s’enfuir par un de ces trains. Je vous en reparlerai plus en détails dans un futur article quand on s’attardera dans les souterrains de la ville :

J’aime beaucoup dénicher de belles stations de métro, j’en ai fait quelques unes sur Berlin, sans trop m’éloigner du centre, je n’en ai pas trouvé d’exceptionnelles. Le look de la Wilmersdorfer Straße (ligne 7) est bien coloré, sinon on a celle avec les briques et petites ouvertures en verre assez jolie, à Hackescher Markt, une station du S-bahn. J’ai bien rigolé avec le nom de la station de Hansaplatz sur la ligne 9. Je sais qu’il existe de plus jolies stations, mais plus éloignées. Chaque métro du monde a son motif emblématique, Berlin ne déroge pas à la règle ! Cet espèce de moucheté bleu, rose et noir est un motif assez ancien. Dans les boutiques de la compagnie qui gère le métro, et si on est un vrai fan, on peut se procurer un parapluie, des tongs ou bien encore des chaussettes avec ce fameux motif ! Certains véhicules portent également ce motif, bref, si vous n’avez pas compris, vous aller vite vous en souvenir 🙂 :

Carnet pratique

Eglise du souvenir | Breitscheidplatz – 10789 Berlin

Zoo Palast | Hardenbergstraße 29A – 10623 Berlin

Gare Centrale | Europaplatz 1 – 10557 Berlin

J’ai bien aimé cette balade sur la grande avenue de Ku’Damm, cela permet de voir des immeubles assez anciens et de se faire une idée de l’architecture berlinoise. Cela n’est pas toujours évident dans le centre-ville, il y a plein de styles différents, entre les reconstructions d’après-guerre et les architectures modernes à tendance audacieuses, on a de quoi se demander quel est le style qui caractérise Berlin. Les tuyaux ont été une sorte de fil rose et bleu du séjour et j’ai beaucoup aimer arpenter les gares et les stations de métro. Connaissez-vous Ku’damm ? Avez-vous croisé le chemin de superbes stations de métro dans la capitale allemande ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

2 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    23 juin 2019 at 21 h 43 min 

    Merci Anne ! Non je n’en ai pas ramené, je n’ai pas développé de passion si poussée ! :p

  • Anne
    23 juin 2019 at 20 h 30 min 

    As-tu rapporté des chaussettes avec ce motif?
    C’est vraiment très varié sur un plan architectural, et je ne savais pas pour les tuyaux de la Spree, merci!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.