Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Bavière – Partie 3

 

Pour ce troisième article sur la Bavière, je vous emmène tout en haut du plus haut sommet allemand, j’ai nommé le Zugspitze [1] qui culmine à 2 962 mètres ! C’est sûr qu’on est bien loin de notre Mont-Blanc mais pour l’Allemagne, de part sa situation géographique, c’est plutôt pas mal. L’Allemagne est au début des Alpes par le sud du pays. Nous irons également faire un tour à Garmisch-Partenkirchen [2], célèbre station de ski huppée. Pour situer notre hébergement, il faut imaginer que l’on est à gauche de Füssen (en haut à gauche sur la carte). Petite particularité pour cette balade, nous avons fait une petite incursion en territoire autrichien car la route pour aller au Zugspitze était plus courte par là. Nous avons du prendre la vignette autrichienne (mais pas que pour ce trajet car nous irons plus tard dans une ville d’Autriche). Contrairement aux suisses, la vignette autrichienne est obligatoire partout (la suisse ne l’est que sur leurs autoroutes et routes rapides), mais par contre, c’est mieux pensé car nous ne sommes pas obligés de prendre la vignette annuelle. Il en existe une de 10 jours, faites spécialement pour les touristes, elle coûte 8,80 € ce qui est raisonnable :

 

Nous voilà arrivés à Ehrwald, petite ville d’Autriche où se trouve le départ du téléphérique pour le Zugspitze. La montée est à faire seulement si vous adorez la montagne, les grands espaces et les beaux paysages car ce n’est pas donné. Le prix est de 28,50 € par personne (aller et retour en téléphérique). Nous sommes tombés au moment du jubilé des 90 ans du premier voyage, alors nous avons eu une réduction (21 €), mais la promo est déjà terminée à l’heure actuelle. Une fois en haut, il y a une grande plateforme, avec restaurant panoramique, petites boutiques souvenirs ou bien encore le Biergarten le plus haut du monde (lieu en plein air où l’on peut boire de la bière et manger, très répandu en Allemagne et surtout en Bavière) :

Zugspitze

 

Nous attendons qu’un téléphérique revienne pour nous emmener. D’en bas, la longueur du câble et la pente sont très impressionnants. On n’en voit presque pas le bout. Regardez bien la météo avant d’y aller (la veille, pas 2 mois avant ! :p), si le temps n’est pas dégagé, ça ne vaut pas le coup :

 

C’est le moment, nous montons à bord. Le téléphérique peut contenir jusqu’à une centaine de personne (là nous ne devons être que 80). On s’éloigne très vite de notre point de départ, il faut dire que nous partons de 1 200 mètres pour arriver à 2 950 mètres en 7-8 minutes. Le téléphérique tartine, il monte de 10 mètres par seconde, autant dire qu’on passe son temps à bailler. On ne se rend pas forcément compte de la vitesse, en tout cas, la vue est superbe :

 

Arrivés en haut, on se rend compte que même si le temps est au beau fixe, à l’ombre il fait très frisquet, aux alentours de zéro ! Prenez donc un polaire ou autre car si vous devez faire la queue quelque part à l’ombre, vous le sentirez passer ! :p La vue est juste à couper le souffle, on voit très loin et très bien. Depuis la plateforme du Zugspitze on peut voir les Alpes de 4 pays (Allemagne, Autriche, Italie et Suisse) :

La montagne

 

Sur la photo de gauche, c’est un bout du restaurant panoramique. Jusqu’à 1991, le téléphérique (autrichien) arrivait juste en dessous du restaurant (les 2 bandes rouges). A droite, le vrai sommet avec sa croix, qui culmine donc à 2 962 mètres, la plateforme étant légèrement plus basse à 2 950 mètres. Il y a un petit sentier si l’on souhaite aller sur le sommet, il faut tout de même avoir de bonnes chaussures avec de l’accroche :

 

Pour vous représenter comment est faite la plateforme, il y a la partie que l’on voit au fond avec le tas de neige qui est la partie autrichienne, par où nous sommes arrivés, puis elle continue tout autour de la montage pour passer à un moment donné en Allemagne. A ce propos, vous risquez de rigoler à voir les SMS de votre opérateur téléphonique ne pas arrêter de tomber au gré de votre marche. En-dessous, l’autre côté du restaurant panoramique. Il est d’ailleurs assez cher, je vous conseille plutôt d’aller manger au Biergarten, c’est bien moins cher, en plein air et puis vous serez mêlés à l’ambiance bonne enfant de ce genre de snack :

Vue sur panorama

 

Entre 2 boutiques de souvenirs (pour info, les cartes postales sont moins chères en bas, au pied des téléphériques et les autres souvenirs aussi je pense), il y avait un mini-kiosque qui vendait des saucisses. Bizarrement, à cet endroit, il y avait également quelques oiseaux, il y en a qui ont tout compris ! :). En contre-bas, on peut apercevoir des randonneurs en pleine action (pendant que nous on mange des saucisses ! :p) :

 

Nous sommes arrivés en haut en fin de matinée, nous avons pu apprécier un ciel totalement dégagé. Vers l’heure du repas, quelques petits nuages sont arrivés, mais ils n’ont pas gâché la vue, ils sont restés en petit nombre :

Arrivée de nuages

 

Pour savoir dans quel pays vous vous trouvez, il suffit de repérer ces panneaux. C’est assez marrant de se dire que la montagne est partagée en 2 ainsi. Le Tirol étant la région de l’Autriche et la Bavière celle de l’Allemagne :

 

Une vue depuis la plateforme où nous arrivons avec le téléphérique côté autrichien :

Tirol

 

Avec votre ticket, vous avez le droit d’aller visiter le musée. Vous y retrouverez des photos d’époque impressionnantes. Quand on imagine les moyens de l’époque (1926) et ce qu’ils ont accompli pour construire le téléphérique, ça force l’admiration. On peut également voir un ancien modèle de cabine, qui contenait beaucoup moins de personnes. Sur la photo de droite, voici l’Eibsee, un lac côté allemand. Les quelques bâtiments que vous voyez à sa droite représentent le départ du téléphérique allemand :

 

Quelques nuages et une crête rocheuse magnifique suffisent à me laisser dans la contemplation la plus totale, n’est-ce pas sublime ? 🙂 :

Crête

 

Après avoir fait plusieurs aller-retours sur la grande plateforme, après avoir mangé et bu (on ne se refuse pas une bonne petite bière blanche allemande à 2 950 mètres), avoir tout simplement admiré la vue et pris le temps de profiter, nous redescendons, le soleil a à peine dépassé son zénith, il cogne fort et il arrache une belle ombre au téléphérique :

Téléphérique

 

Avant de repartir du secteur, nous décidons de pousser jusqu’à la ville (allemande) de Garmisch-Partenkirchen, une station de ski réputée pour … pour ses riches en fait ! C’est une ville typique avec ces chalets en bois foncé :

Garmisch

 

En nous baladant, de petits détails accrochent l’œil, comme cette petite avancée discrète. Nous avons également croisé un monsieur en tenue traditionnelle bavaroise :

 

La ville est très agréable, très verdoyante et calme. Vu que c’est l’été, l’ambiance est plus détendue et je n’ai pas vu de défilé de Porsche et de Rolex :

Au fil de l’eau

 

La ville compte également des bâtiments d’architecture plus classique pour l’Allemagne. Ici, une pharmacie plutôt grande. Pour ceux qui connaissent un peu l’Allemagne, moi j’ai remarqué en tout cas, que très souvent les pharmacies étaient dans de superbes maisons comme celle-ci :

Apotheke

 

Alors, dépaysés ? La haute montagne, je trouve ça de toute façon à couper le souffle, et quand on bénéficie d’un ciel dégagé, c’est merveilleux. Ça nous a donné un petit moment de grande fraîcheur car en vallée il faisait un peu plus de 30 degrés ! La petite ville de Garmisch-Partenkirchen est très sympa également, et vu les températures, le milkshake était le bienvenu ! Êtes-vous déjà allés sur le plus haut sommet allemand ou à Garmisch ? Qu’en pensez-vous ?

 


Vous avez aimé cet article et vous souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

17 Commentaires

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    4 septembre 2016 at 12 h 19 min 

    Merci Françoise ! La montagne, c’est un sujet tellement beau à la base, c’est une belle source d’inspiration !

  • Françoise
    4 septembre 2016 at 12 h 13 min 

    Bonjour Anne,

    J’aime beaucoup ton reportage sur la montagne, c’est varié, vivant et comme toujours très bien photographié. Tes photos de montagne sont très belles, surtout Crète. J’aime aussi particulièrement le minimalisme des photos des câbles du téléphérique, et encore plus l’ombre du téléphérique en noir et blanc, une très belle photo!

  • steph
    3 septembre 2016 at 14 h 48 min 

    De belles photos et un article qui nous donnes envie d’y aller à notre tour..
    Il y a tant à voir… Merci Anne de partager tes voyages.

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    22 août 2016 at 22 h 12 min 

    Merci Amor ! Il est clair que la construction n’a pas du être de tout repos pour ce téléphérique !
    On avait guetté pour y aller une journée annoncée sans trop de nuage. On y est surtout allé la matinée et sur l’heure du repas car en début d’après-midi, quelques nuages sont arrivés !

  • amor
    22 août 2016 at 21 h 52 min 

    Une belle visite rafraichissante à l’heure où la température monte. Très sympa cette visite en téléphérique. Ils ont du s’amuser à tendre un pareil câble.
    J’aime beaucoup la photo de la crête on se perd dans les roches puis dans les nuages et aussi la l’Eibsee vu d’en haut une petite piscine.
    Et en plus une chance magnifique ce beau temps !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    20 août 2016 at 9 h 15 min 

    Merci Esther ! C’est très vivifiant c’est clair ! Un bon bol de fraîcheur quand il fait chaud en bas et vue qui se contemple et qui détend aussi ! 🙂

  • Esther
    19 août 2016 at 22 h 36 min 

    C’est très attirant, cette montagne, une belle respiration. J’adore la première photo : une part égale à la montagne et au ciel, rehaussé par ces traces d’avion, vraiment très belle.
    Juste après, Tyrol, Crète et Téléphérique sont mes préférées. Un bol d’air qui fait du bien !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    18 août 2016 at 21 h 15 min 

    Merci Anne ! Si tu arrives à te faire violence, tu ne le regretteras pas ! 🙂

  • Anne
    18 août 2016 at 20 h 23 min 

    Je serais sans doute terrorisée dans ce grand téléphérique, mais ça vaut le coup!

  • Cédric
    17 août 2016 at 19 h 34 min 

    Superbe endroit, superbes images. Et l’on prend toujours autant de plaisir à te lire. Un très bel article, merci !

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    16 août 2016 at 18 h 42 min 

    Merci Delphine ! Effectivement, la nature est à l’honneur ! 🙂

  • Delphine
    16 août 2016 at 17 h 18 min 

    Ce sont de magnifiques paysages !!!!
    Impressionnant aussi le château de Louis II de Bavière dans ton premier article
    Merci pour cette visite 🙂

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    14 août 2016 at 23 h 56 min 

    Merci Ary ! Il y a de superbes coins également vers chez toi, quand je vois tes photos, je trouve ça très joli ! 🙂 Tu auras toujours l’occasion de revenir par ici pour des vacances ! 🙂

  • ary
    14 août 2016 at 19 h 40 min 

    Merci pour la visite et les photos, c’est rafraichissant et dépaysant!
    Quand je lis tes articles je me dis que j’ai vraiment pas assez profité de l’Europe quand j’y vivais encore…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.