Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Auvergne – Thermes et Puy de Dôme

En Auvergne, on retrouve beaucoup de villes thermales, comme Vichy par exemple, mais que je n’ai pas visité. J’ai pu passer dans les villes de La Bourboule [1] et du Mont-Dore [2]. On fera ensuite l’ascension du Puy de Dôme [3], un volcan endormi de la chaîne des Puys, qui, par son sentier escarpé, n’est pas la randonnée la plus facile de notre séjour. Pour rappel, notre hébergement se trouvait à Chambon-sur-Lac [H]. En route !

~ L a   B o u r b o u l e ~

Nous nous sommes tout d’abord baladés du côté de La Bourboule, une ville de moyenne montagne située au sud-ouest du département du Puy de Dôme. Elle bénéficie des labels « station thermale », « station de tourisme », « station verte » ou bien encore « village de neige ». On y retrouve des thermes, que nous n’avons pas testé puisqu’en France, cela est réservé aux personnes malades, pas comme dans d’autres pays européens où tout le monde peut profiter des bienfaits de ces eaux. Nous étions en plein mois de juillet et j’ai trouvé la ville vide. Je ne connais pas la période de l’année où il y a le plus de curistes, mais apparemment, ce n’est pas en été. Nous avons croisé de très belles vieilles demeures et même des anciens hôtels, mais une bonne partie était à vendre, c’est bien dommage. La ville démarre son activité thermale dans les années 1870, elle prospère très vite et se classe même au 2ème rang des stations thermales du Massif Central. On y retrouve de grands hôtels, des casinos ou bien encore un terrain de golf. Durant les trente glorieuses, sous l’impulsion de la Sécurité Sociale, la station se spécialise dans les soins pédiatriques. En s’y baladant, on remarque beaucoup d’anciennes installations mais les thermes fonctionnent toujours. Si vous êtes de passage, vous pouvez vous y arrêter mais cela ne prendra pas la journée, sauf si vous êtes en cure évidemment, le centre n’étant pas très grand :

~ M o n t – D o r e ~

Nous nous sommes ensuite rendus au Mont-Dore, situé à 11 km de La Bourboule. La ville me semble un peu plus grande, et surtout le centre est plus vivant. Il y a également des thermes toujours en activité, les bâtiments sont aussi très jolis. Il y a beaucoup d’hôtels, la station vit essentiellement du tourisme, surtout en hiver avec ses nombreuses pistes de ski, la station est sur le versant nord du Puy de Sancy. La façade des thermes est faite en doréite, une roche volcanique de couleur plutôt foncée, la construction des thermes s’étale de 1817 à 1823. Ils sont de style néo-byzantin et sont décrits comme les plus vastes d’Europe. Il faut savoir que les Celtes et les Romains utilisaient déjà les eaux thermales d’Auvergne pour leurs bienfaits sur la santé. Les eaux du Mont-Dore sont les plus siliceuses de France et leur température va de 38 à 44 °C. Dans le centre, il y a plusieurs commerces qui vendent des produits régionaux, n’hésitez pas à y faire un tour, ils sont très fournis, entre les eaux de vie, les saucissons, les fromages ou bien encore les gourmandises sucrées, il y en a pour tous les goûts et nous nous sommes régalés avec tout ce que nous avons ramené :

~ P u y   d e   D ô m e ~

Je vous propose un incontournable du secteur, le Puy de Dôme, le volcan endormi emblématique qui a donné son nom au département. Il se situe à une quinzaine de km de Clermont-Ferrand. La chaîne des Puys est devenue un site classé en 2000. Le Puy de Dôme culmine à 1 465 mètres, il est âgé de 11 000 ans et sa roche est de type basaltique. On le repère de loin avec son pylône haut de 73 mètres (installé en 1956). Pour monter en haut du Puy de Dôme, plusieurs solutions s’offrent à vous. Il y a un train à crémaillère, le panoramique des Dômes qui est payant (15,10 € l’aller/retour en période estivale) ou bien le sentier des muletiers. C’est ce dernier que nous avons emprunté et autant vous dire tout de suite qu’il faut un minimum de forme et de mobilité, c’est 45 min de montée avec une forte pente sur un sentier avec pas mal de cailloux. Nous avons mis pile le temps indiqué en allant assez lentement finalement. Au début du parcours, on croise le chemin des rails du train, c’est la partie facile et puis le dénivelé n’est plus du tout le même après. Le midi nous avons mangé à la brasserie l’Epicure, les prix sont raisonnables pour un restaurant sur un sommet et c’était bon. On a mangé dehors, avec une superbe vue sur la région. Après le repas, nous avons parcourus encore quelques mètres pour aller vers le pylône :

Sur le chemin, on peut observer les ruines du temple de Mercure. Ce temple date du 2ème siècle, c’était un des plus grands sanctuaires de montagne de la Gaule romaine, il était visible de très loin. Au fil du temps, il fût oublié et c’est en 1872, lors de la construction de l’observatoire de mesures météorologiques, que les vestiges ont refait surface. Les premières fouilles sont entreprises en 1875 et d’autres fouilles furent relancées entre 2000 et 2004. Ces dernières permettent de dater précisément la construction du temple, autour de 140 après J.C. et de préciser l’organisation des espaces de sanctuaire à terrasses, bâti sur le flanc de la montagne, en déterminant le chemin des pèlerins gallo-romains à l’intérieur du sanctuaire. Tout en haut, on trouve un petit musée consacré aux fouilles et au temple de Mercure. La vue d’en haut est superbe, on peut voir la chaîne des Puys, les Monts Dore et les monts du Cantal. Quand le temps d’y prête, il est rare mais possible de voir le Mont-Blanc, qui se situe à 315 km du Puy de Dôme. On peut aussi retrouver en haut un petit poste militaire géré par l’Armée de l’Air et le Ministère de l’Intérieur, c’est un poste de télécommunications :

 J’ai trouvé les bâtiments des thermes de chaque ville très beaux, La Bourboule était très calme lors de notre passage, j’ai préféré le Mont-Dore plus animé et avec plus de commerces également. Bien que ces 2 villes soient connues pour leurs thermes, elles sont également des stations de ski assez prisées. J’ai beaucoup aimé le Puy de Dôme, entre sa montée sportive et l’histoire du temple de Mercure, le Puy nous réserve des surprises. La vue est sublime tout en haut et cette balade ravira les randonneurs et amoureux de la nature autant que les fans d’archéologie. Quelle balade vous tente ? Connaissez-vous ces villes ? Avez-vous déjà été en haut du Puy de Dôme ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

4 Commentaires

  • Cecile
    4 décembre 2019 at 14 h 48 min  - Reply

    Je connais de nom ces stations thermales mais bon je n’y est jamais mis les pieds. superbe ascension bravo !!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      4 décembre 2019 at 19 h 13 min  - Reply

      Merci Cécile, l’ascension fût sportive, mais on était fière de l’avoir faite dans les temps ! 😀

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    28 octobre 2019 at 9 h 10 min  - Reply

    Merci Anne ! Ces stations de ski sont souvent moins chères que les Alpes, elles ont une grande diversité de pistes, mais si on est utra fan de ski avec des pistes noires, je peux comprendre que ça ne donne pas entière satisfaction en Auvergne. 🙂

  • Anne
    28 octobre 2019 at 7 h 52 min  - Reply

    Je connaissais de nom pour le ski, c’est là qu’allaient les gens autour de moi quand ils allaient skier, quand j’étais enfant! C’est sur, c’est moins fun que les Alpes… jolies photos toutefois!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.