Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Auvergne – Chaudefour, Aydat et Crêtes

Après la ville avec Clermont-Ferrand, retournons un peu à la nature avec ce que nous offre l’Auvergne ! Nous allons nous balader dans la très jolie vallée de Chaudefour [1], voir le lac d’Aydat [2] et ses alentours et pour finir par faire une randonnée au départ du col de la Croix Morand [3] ! 🙂

La réserve naturelle nationale de la vallée de Chaudefour a été créée en 1991 et couvre une superficie de 820 hectares, elle se trouve sur la territoire de la commune de Chambon sur Lac, où nous avons notre location, dans le hameau de Bressouleille [H]. La vallée de Chaudefour résulte de la destruction partielle du massif volcanique du Sancy dont une éruption violente a entraîné un effondrement il y a 600 000 ans. Il y a 700 mètres de dénivelé entre la Maison de la Réserve naturelle et le sommet du puy Ferrand. Au départ de cette Maison, 15 minutes nous séparent du centre de la vallée, où se trouvent plusieurs départs de randonnées. Si vous partez à gauche, vous pourrez rejoindre la cascade de la Biche, comptez 1 heure aller/retour. Ne la manquez pas, elle est sublime avec ses roches volcaniques avec cette orientation si particulière. Elle est haute de 30 mètres et on remarque également de belles couleurs sur les roches dues à divers éléments comme notamment le fer. Une fois revenu au point central au creux de la vallée, vous remarquerez, si ce n’était pas déjà fait, ces grands blocs de roche, le plus pointu est la crête de coq et celui à droit avec le haut un peu plus plat est la dent de la rancune. On y trouve plusieurs voies d’escalade sur leurs flancs pour les amateurs de grimpette :

Dans la réserve naturelle, l’escalade, la chasse et la pêche sont réglementées, on y trouve également des pâturages. Les vaches paissent tranquillement en plein milieu du chemin, nous nous frayons un passage, elles nous ignorent royalement, et continuons vers la cascade du Moine. Elle est beaucoup moins impressionnante que celle de la Biche, d’autant qu’en été, il ne reste qu’un mince filet d’eau. Les eaux issues de la vallée rejoignent le lac Chambon par une série de sources dont certaines sont chaudes et minérales. On compte plus de 1 600 espèces de plantes dont 4 protégées au niveau national et d’autres au niveau régional. Il y a un nombre important d’espèces alpines dont certaines sont rares dans le Massif Central. En ce qui concerne la faune, elle est typique des milieux de montagne. Un inventaire encore en cours a permis de recenser au moins 408 espèces de papillons et 181 d’araignées. Pour les mammifères, on retrouve le chevreuil, l’hermine, le lièvre et l’écureuil à côté du mouflon, du chamois et de la marmotte qui ont été introduis. On peut également y observer des oiseaux rares comme le faucon pèlerin, le merle à plastron ou bien encore le grand corbeau. Comme dans beaucoup de réserves naturelles, il est interdit de faire du camping, des feux, du VTT, de déranger les animaux ou bien encore de venir avec des chiens même tenus en laisse. Pour terminer, je vous propose une photo de mon voyage scolaire où l’on peut voir une roche située à droite de la crête de coq et de la dent de la rancune, tout ceci en version automnale :

Direction maintenant le lac d’Aydat, un peu plus au nord-est de Chambon sur Lac et la vallée de Chaudefour. C’est le plus grand lac naturel d’Auvergne, c’est un lac de barrage volcanique. L’émergence de la coulée de lave longue de 15 km, du puy de la Vache et du puy de Lassolas a verrouillé la rivière de la Veyre, bloquant le cheminement des eaux et créant ainsi le lac d’Aydat et le lac de la Cassière. Le tour fait 5,5 km, on en a fait la moitié, c’est très joli. On a également découvert une zone humide juste derrière, tout est très bien aménagé, plein de petits sentiers en bois au-dessus de l’eau et de petits ponts. On peut y voir, avec un peu de chance où si l’on reste assez longtemps, des loutres ou bien encore des ragondins. Il y a également aussi beaucoup d’espèces d’oiseaux et de poissons. Vous pourrez y faire tout un tas d’activités nautiques en plus de profiter des plages. La pêche est réglementée au niveau du lac, les poissons les plus fréquemment rencontrés sont la truite, la perche arc-en-ciel, l’omble, le gardon ou bien encore la carpe. Il existe aussi 2 espèces d’écrevisses, dont une est interdite à la pêche :

Pour finir, nous avons fait une très belle randonnée au départ du col de la Croix Morand, non loin de notre location. Il culmine à 1 401 mètres, il y a un parking, vous pouvez vous garer là et choisir la randonnée qui vous plait. Nous avons opté pour celle des crêtes. Elle relie le col de la Croix Morand au col de la Croix Saint-Robert en 2 heures, vous passerez par le puy de la Tache, le puy de Monne, le puy de Barbier et le puy de l’Angle. Nous n’avons fait que le premier, mais tout du long vous avez une vue à 180 voire 360 ° sur le secteur avec d’un côté Chambon sur Lac et Murol et de l’autre le secteur du puy de Sancy. En haut des crêtes, il y a beaucoup de vent, il vaut mieux avoir un bon coupe-vent. Nous avons croisé des chevaux qui évoluaient en semi liberté, ils étaient en plein milieu du chemin, mais encore une fois, pas de crainte, il suffit d’approcher doucement, sans mouvement brusque et ils s’écartent naturellement. J’ai adoré cet endroit, la vue est magnifique et j’y ai même reconnu le lac de Chambon. Cette ligne de crêtes est visible depuis Bressouleille et c’est très joli car le soleil se couche dans cet axe. Nous avons rebroussé chemin, avons encore bien profité de la vue et une fois en bas, il était l’heure du déjeuner. J’avais repéré le Buron du col de la Croix Morand, un Buron, historiquement, c’est une maison en pierres que l’on trouve dans les pâturages en altitude que les éleveurs de vallée exploitent de façon saisonnière dans les monts du Cantal, de l’Aubrac, du Cézallier et des monts Dore. Ils servent à abriter du fromage et à loger les buronniers. Dans notre cas, et comme dans pas mal d’autres endroits portant ce nom dans le secteur, ce sont avant-tout des restaurants, avec parfois des auberges également. C’est la garantie de manger des produits locaux et des plats typiques de la région. Nous avions déjà goûté à la truffade, mais nous avions trop mangé la veille, nous avons décidé de prendre une omelette … Et bien après cela, nous avions encore trop mangé, elles étaient énormes, je n’ai même pas pu finir la mienne. Par curiosité, j’ai demandé combien il y avait d’oeufs, la serveuse, après avoir interrogé le cuistot, nous a dit entre 8 et 12 ! Evidemment que je n’ai pas pu finir, surtout qu’il y avait aussi des pommes de terre à l’intérieur. Donc, un bon conseil si vous souhaitez manger dans un Buron, faites une énorme randonnée avant :

Ces 3 balades sont très belles, différentes bien évidemment que cela soit de par leur dénivelé ou bien encore le type de parcours et la durée pour les réaliser. Le lac d’Aydat est sur du quasi plat, il est donc facile à faire. Le tour du lac peut être un peu plus long avec ces 5,5 km mais cela reste assez simple. La vallée de Chaudefour a un dénivelé moyen, mais vous n’y passerez pas la journée, car une fois arrivés à la cascade du Moine, il faut rebrousser chemin, il n’y a plus de sentiers et comme presque partout dans le Massif Central, il ne vaut mieux pas s’aventurer en dehors car les roches volcaniques sont très sujettes à l’érosion. Le chemin des crêtes, s’il est fait dans son intégralité, est un peu plus long, vous passez votre temps à monter et à descendre. Et prévoyez bien, une fois arrivés au col opposé de celui d’où vous êtes partis, d’avoir de quoi revenir vers votre location ou voiture si vous l’avez garé au départ. La vallée de Chaudefour est un petit échantillon des paysages, de la faune et de la flore du coin, le lac d’Aydat est un lieu paisible et verdoyant tandis que le chemin des crêtes confronte à des paysages plus rocailleux et à une ambiance venteuse, en été, ça rafraîchit ! J’ai tout aimé, mais ma préférence va au chemin des crêtes, la vue est sublime, et si l’on a envie de souffler un peu avec les montées, il y a des descentes également ! Qu’avez-vous préféré ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

8 Commentaires

  • Cecile
    5 décembre 2019 at 9 h 20 min  - Reply

    j’ai commencé mes recherches je te dirais si je le trouve en tout cas je cherche dans le même coin.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      5 décembre 2019 at 10 h 07 min  - Reply

      Cool ! ^^

  • Cecile
    4 décembre 2019 at 14 h 35 min  - Reply

    C’est vraiment magnifique quelle région riche c’est incroyable !! Depuis quelques jours je me suis mis en piste de rechercher une location pour avril car j’irai bien m’y balader moi aussi ça nous changera de la côte d’azur où nous allons souvent au printemps.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      4 décembre 2019 at 19 h 02 min  - Reply

      Merci Cécile ! Tu ne devrais pas être déçue ! As-tu regardé si la location que j’ai prise était disponible ou bien sûr si la localisation t’intéresse ? 🙂

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    5 novembre 2019 at 12 h 36 min  - Reply

    Merci Itinera Magica ! C’est clair que l’Auvergne n’a rien à envie à la montagne type Alpes et Pyrénées ! 🙂

  • Itinera Magica
    5 novembre 2019 at 10 h 59 min  - Reply

    Mais qu’est ce que c’est beau ! C’est superbe….

  • Anne LANDOIS-FAVRET
    21 octobre 2019 at 11 h 36 min  - Reply

    Merci Anne ! Ah oui c’est magnifique, tu as une formation de géologue ?

  • Anne
    21 octobre 2019 at 10 h 17 min  - Reply

    La géologue qui sommeille en moi a une nette préférence pour les orgues basaltiques… mais les paysages sont tous très beaux!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.