Anne Landois-Favret Anne Landois-Favret

Amiens – Centre et cathédrale

Fin novembre, une petite envie de sortir de l’Ile de France s’est faite sentir, nous avons donc décidé de partir, mais on ne souhaitait pas à plus de 2h30/3h de route. Nous avons choisi de découvrir Amiens, préfecture de la Somme dans la région des Hauts de France. Cette région n’est pas très loin de chez nous et je dois dire que je la connais peu finalement. Il y a bien longtemps, j’étais allée dans le Pas-de-Calais. L’année dernière, nous sommes allés à Lille et nous avions également visité un peu plus tôt dans l’année la ville de Saint-Quentin dans l’Aisne, notamment pour son grand nombre d’architectures art déco !

La petite histoire

Amiens est le chef-lieu historique de la Picardie et est située (à vol d’oiseau) à 115 km de Paris, 180 de Bruxelles et 245 de Londres. Elle se trouve à un carrefour routier mais également ferroviaire européen important. Elle se situe à 56 km de l’estuaire de la baie de Somme, un site naturel réputé notamment pour sa réserve ornithologique. La ville compte près de 134 000 habitants mais au niveau de la métropole amiénoise, il y en a environ 400 000. Amiens est la ville avec le plus de nombre d’inscriptions au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est très célèbre pour sa cathédrale Notre-Dame, joyau de l’art gothique, qui est l’une des plus vastes au monde. La ville d’Amiens comporte de nombreux canaux, notamment dans le secteur des hortillonnages (ensemble de jardins flottants couvrant 300 ha). La ville est aussi connue pour sa riche vie universitaire et culturelle, en route :

Nous avons trouvé un hébergement [H] dans le centre-ville, il n’est pas très grand et se parcoure assez vite. Le dernier week-end de novembre marquait également le début du marché de Noël, ce que je ne savais pas au moment de réserver l’hébergement. L’hôte nous a gentiment prévenu qu’il serait compliqué de se garer dans la rue à cause de cela. Nous sommes allés au parking des Jacobins, un parking souterrain qui propose, pour les gens qui ne sont pas du coin, un petit forfait de 3 jours à 14 €, ce qui est moins cher que 2 journées complètes sur le tarif standard. Notre hôte nous a également donné de bonnes adresses en bars et restaurants, notamment « Ail des Ours » qui est apparemment un restaurant délicieux. Nous étions partis pour y aller le soir, mais ils ont une carte avec seulement 3 plats et étant très difficile, rien ne me convenait. Le midi nous avons mangé au « Craft », un restaurant de burgers avec des recettes originales, c’était très bon, je vous le recommande. Nous avons commencé notre balade en déambulant un peu au hasard dans le centre, nous avons pu voir les chalets en bois du marché de Noël, entre gaufres, vins et cidres chauds ou bien encore plats roboratifs canadiens. Nous sommes passés devant la mairie puis le beffroi [1] (photo en haut à gauche), classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il était à l’origine construit en bois, sa reconstruction en pierres blanches date de 1406. Il a également servi de prison et a subit de nombreux dégâts lors de la Seconde Guerre mondiale. Il a été totalement rénové en 1989. Nous partons ensuite pour la cathédrale [2], en milieu d’après-midi nous avons rendez-vous pour une grimpette et une visite des tours de celle-ci. Nous apprenons qu’il y a bien plus de visiteurs à la cathédrale depuis le mois d’avril, date de l’incendie de Notre-Dame de Paris. Les touristes se sont reportés sur Amiens, qui n’est pas très éloignée de Paris. Notre guide est passionné, il en connait un rayon sur les édifices religieux, il nous a même parlé de la cathédrale d’Evry (dans l’Essonne, non loin de chez nous), si particulière. Après des centaines et des centaines de marches, nous arrivons à la moitié de la hauteur de la cathédrale, au niveau de la rosace. On a déjà une très jolie vue sur la place en contre-bas, où l’on retrouve de belles maisons datant du Moyen-Âge. Nous reprenons l’ascension, encore quelques centaines de marches et nous voilà tout en haut d’une des 2 tours. Elles n’ont d’ailleurs pas été élevées à la même hauteur, il y a 5 mètres de différence. On a une vue à 360° sur la ville, on repère facilement le quartier Saint-Leu aux couleurs vives de ses maisons. Après des discussions très intéressantes avec notre guide, nous redescendons, les escaliers sont en colimaçon, peu larges (mon sac à dos frottait à la montée) et les marches assez hautes, je ne recommande pas cette visite aux personnes âgées ou à mobilité réduite :

Nous entrons à l’intérieur de la cathédrale, qui en 2020, va fêter ses 800 ans d’existence ! Elle est également la cathédrale la plus vaste de France de part ses volumes intérieurs (200 000 m³), l’impression d’être tous petits n’est pas usurpée ! La hauteur sous voûte est de 42,30 m, torticolis garanti. Il n’y a que la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais qui soit plus haute. Elle est caractéristique du gothique classique (nef) et rayonnant (chœur), on retrouve même le style gothique flamboyant pour la rosace qui vous est peut-être déjà familier, on en a vu un bon exemple à l’église Saint-Séverin à Paris. La cathédrale a perdu la plupart de ses vitraux d’origine mais elle est réputée pour ses sculptures du 13ème siècle ornant sa façade occidentale (celle côté place). Elle est classée aux Monuments Historiques de France en 1862 et inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 1981. Ce que j’ai beaucoup aimé dans la cathédrale, ce sont les dallages, tous différents selon le secteur. Ces dallages ont été conçus et dessinés au 13ème siècle et restaurés au 19ème. On retrouve un labyrinthe octogonal situé au niveau de la 5ème travée de la nef avec en son centre l’effigie des 3 architectes et de l’évêque Evrard de Fouilloy ainsi qu’une bande de cuivre qui marque le début de la construction en 1220. La cathédrale est très bien préservée, elle a eu la chance d’être épargnée par les bombardements de 1940 et 1944 :

Les rues sont agréables, on passe par différents styles. On croise des façades et motifs art déco, des maisons aux façades hautes en couleurs et des maisons en briques rouges, les amiénoises. Elles datent très souvent du 19ème siècle, elles servaient à loger les ouvriers. On en retrouve 4 types, celles avec une seule fenêtre en façade, les doubles, les classiques (à 3 fenêtres) ou bien encore les maisons de maître et hôtels particuliers. Près de la cathédrale on retrouve quelques canaux avec des maisons colorées, même si ce n’est pas encore le secteur du quartier Saint-Leu (que l’on verra dans le prochain article). Nous avons croisé le chemin de l’horloge Dewailly. Elle porte le nom d’un ancien maire, qui avait légué en 1892 une importante somme d’argent pour la faire construire. Le projet pris beaucoup de retard, elle fût terminée en 1898. L’horloge abritant une statue de femme dévêtue, les habitants d’Amiens la surnommèrent Marie sans chemise. L’horloge échappa aux bombardements de 1940 mais celle que l’on voit aujourd’hui est en partie reconstruite, le seul élément d’origine étant la statue :

Nous avons fait un arrêt à Dasi Frères pour le goûter, un super salon de thé ! J’ai adoré, il y a une très grande variété de thés et les pâtisseries sont délicieuses. Après cette grosse pause gourmande et après la tombée de la nuit, nous avons eu l’occasion de voir « Chroma », un spectacle sons et lumières projeté sur la façade de la cathédrale. Cela dure une grosse demie heure, c’est vraiment superbe ! La thématique était axée sur les 800 ans (bientôt) de l’édifice évidemment. Les projections 3D étaient très bien réalisées, elles enveloppaient toute la surface des statues et autres recoins architecturaux de la cathédrale. Il y avait des éclairages qui habillaient tout en douceur les pierres et d’autres qui leurs donnaient des couleurs très flashy, le résultat était, dans tous les cas, très réussi. Ensuite, on pouvait télécharger une application et faire une sorte de jeu de piste. Cela devait être intéressant mais nous commencions à avoir très faim. Nous avions repéré le Ad’Hoc Café [3] un peu plus au nord de la cathédrale. On y trouve des plats traditionnels ou bien des plats classiques de la cuisine française, c’était très bon et notre serveuse était très sympa. Après le repas, nous sommes retournés vers la mairie [4] pour voir les décorations de Noël de nuit. C’était plutôt joli, ils avaient utilisés de grosses bulles gonflables géantes avec de petites scènes à l’intérieur. Un petit tour et puis dodo pour être frais le lendemain, nous avons un programme bien chargé 🙂 :

Carnet pratique

Beffroi | 1 Place Maurice Vast – 80000 Amiens | 4 € (1 dimanche par mois) | Site

Cathédrale Notre-Dame d’Amiens | 30 Place Notre-Dame – 80000 Amiens | 8 € (tours) – 4 € (trésor) | Site

Craft | 10 Rue Ernest Cauvin – 80000 Amiens | Site

Horloge Dewailly | 9/11 Rue des Sergents – 80000 Amiens

Ad’Hoc Café | 1 Place du Don – 80000 Amiens | Site

Mairie | Place de l’Hôtel de Ville – 80000 Amiens | Site

Dasi Frères | 20 Rue de Beauvais – 80000 Amiens | Site

Ail des Ours | 11 Rue Sire Firmin Leroux – 80000 Amiens | Site

Cette première journée à Amiens a été remplie de belles choses à voir et de bonnes choses à se mettre dans l’estomac. J’avoue, on est quand même très gourmands et lors de ce genre de petits week-ends, on ne part pas sans quelques bonnes adresses sous le coude. La visite des tours et Chroma, les projections sur la cathédrale, n’étaient pas prévues au programme à la base. Nous avons pu récupérer notre logement plus tôt ce qui nous a donné la possibilité de faire la visite des tours. En ce qui concerne Chroma, le spectacle ne devait démarrer que la semaine d’après mais la visite d’Emmanuel Macron la veille (le vendredi), a permis de mettre les installations en marche et il a été décidé au sein de la ville, puisque tout était opérationnel, de lancer le spectacle en avance pour que tout le monde puisse en profiter. Je ne suis vraiment pas déçue, c’était superbe ! Connaissez-vous Amiens ? Qu’avez-vous visité lors de votre venue ? 🙂

Vous avez aimé cet article et souhaitez suivre les suivants :

Partager l'article :

Plus d'articles

6 Commentaires

  • Cédric
    2 avril 2020 at 11 h 37 min  - Reply

    La cathédrale est bien sûr un incontournable de la ville d’Amiens.Les illuminations de la cathédrale sont vraiment superbes à voir, bien d’accord avec toi (par contre j’imagine que, tout comme moi, tu as été déçu du peu de recul que l’on peut prendre pour faire des photos, la contre-plongée est forte 🙂 ).
    Toujours un plaisir de te suivre dans tes excursions.

    Porte-toi bien,
    Cédric.

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      2 avril 2020 at 11 h 59 min  - Reply

      Merci Cédric ! Pas si déçue que ça, la place devant est assez grande, celle où j’ai été le plus déçu c’est celle de Strasbourg, complètement enclavée entre des immeubles de 3 ou 4 étages, donc finalement à Amiens, j’ai trouvé ça raisonnable ! 🙂
      Porte-toi bien également ! 🙂

  • Cecile
    20 février 2020 at 7 h 59 min  - Reply

    Cela fait un petit moment que je pense à aller visiter cette ville qui est comme tu le dis si bien pas très loin de chez nous finalement.
    J’espère que cela se fera cette année.
    En tout cas tu m’a convaincu d’y aller. La cathédrale est merveilleuse effectivement le dallage est très original pour un édifice religieux j’aime beaucoup.
    Une très jolie ville en tout cas

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      20 février 2020 at 9 h 36 min  - Reply

      Merci Cécile ! C’est clairement à découvrir et tu n’as pas besoin de poser de jours pour y aller ! 😀

  • Anne
    27 décembre 2019 at 20 h 07 min  - Reply

    C’est clairement un incontournable dans la culture française. Quelle beauté!

    • Anne LANDOIS-FAVRET
      27 décembre 2019 at 23 h 43 min  - Reply

      Merci Anne ! 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.